FORMULE 1 - Grand Prix du Japon

Alonso et Verstappen au centre des débats

Alonso et Verstappen au centre des débats

Tandis que Max Verstappen a fait souffler un vent nouveau, Suzuka restait sous la menace du typhon «Phanfone», Et pendu aux lèvres d’Alonso. AFP

Tandis qu’Alonso est annoncé chez McLaren, Max Verstappen a signé vendredi des débuts historiques en F1, ce vendredi.

Suzuka s’est fortement agité, hier, avec les rumeurs concernant 2015 et une séparation entre Fernando Alonso et Ferrari qui semble se préciser. Dans l’attente de l’annonce, imminente ou pas, d’un départ (et d’un retour chez McLaren), le paddock bruissait de théories toutes plus folles en attendant l’arrivée d’un typhon annoncé pour dimanche ou lundi.

«Je tiens à remercier Alonso, qui est un pilote fantastique, pour tout ce qu’il a fait pour nous, quoi qu’il arrive ensuite», a dit Luca di Montezemolo, le président de Ferrari.Comme si l’Espagnol – qui dit avoir décidé de son avenir – était déjà parti. «Alonso s’en va, Vettel arrive», a d’ailleurs titré la Gazzetta dello Sport, vendredi. À vérifier...

Sur la piste, les débuts du Grand Prix du Japon ont été marqués par les 22 premiers tours de roues en F1 du jeune prodige néerlandais Max Verstappen, 17 ans depuis mardi seulement. Sous les yeux de son père Jos, (107 GP, 2 podiums, 17 points de 1994 à 2003), sa priorité fut de s’habituer à la Toro Rosso qu’il pilotera en titulaire l’an prochain, lui qui n’avait roulé jusque-là que dans une Red Bull 2012 lors d’essais privés. Verstappen a signé des débuts convaincants (à 4/10es du titulaire Kvyat!), sans faire d’erreur, et a signé un 12e chrono très encourageant pour ses débuts historiques. Jusqu’à un problème moteur qui l’a immobilisé.

La 2e séance a été, elle, marquée par une violente sortie de Daniel Ricciardo (Red Bull). Sans mal, heureusement

Enfin, toujours côté piste, les Mercedes ont poursuivi leur domination, Rosberg et Hamilton, s’appropriant, tour à tour, les deux séances.