AUTOMOBILISME - Rallye de France

Ogier ne sera pas champion dimanche

Ogier ne sera pas champion dimanche

Ogier: « C’est mon rallye, national, je suis pro, il y a encore la Power Stage donc je continue. Mais c’est dur… AFP

Sébastien Ogier ambitionnait de décrocher son 2e titre mondial en Alsace. Partie remise en Espagne au mieux.

L’Hexagone est décidément une véritable concession automobile géante, ce week-end, avec l’ouverture du Mondial de l’Auto à Paris et le rallye de France sous le soleil de Strasbourg. Une manche mondiale qui a débuté en fanfare dans les magnifiques forêts des Vosges et du Mont St-Odile, hier, pour le Français Sébastien Ogier (VW), en quête d’un 2e titre mondial consécutif.

«Après une bonne première spéciale, j’ai commencé par un tête-à-queue 3 km après le départ de l’ES2 puis, sans que j’y voie un lien de cause à effet, il y a eu une soudaine coupure moteur qui m’a obligé à m’arrêter deux bonnes minutes. Et je n’ai pu repartir qu’à faible allure, ces soucis me handicapant encore dans la spéciale suivante.» À l’analyse, il apparaîtra qu’il s’agissait d’un problème de capteur de boîte de vitesses, cause aussi de son tête-à-queue. Un souci résolu à l’assistance mais aux grosses conséquences: à mi-journée (après 3ES), le champion du monde concédait plus de quatre minutes de retard sur son équipier, rival pour le titre et solide leader de l’épreuve, le Finlandais Jari-Matti Latvala.

«Le rallye est perdu, c’est sûr. Désormais, je n’ai plus grand-chose à faire hormis juste rouler et d’essayer de décrocher quelques points à la Power Stage, dimanche. Ils peuvent compter», déplorait, déjà, un Ogier d’autant plus conscient qu’il n’enlèverait pas la couronne 2014, dès dimanche en Alsace, qu’un pointage trop précoce (de 4 minutes, erreur de débutant!) au départ de l’ES3 lui coûtait 4 autres minutes. Et qu’il cassait un amortisseur avant en début d’après-midi!

«Je me dis qu’il vaut parfois mieux cumuler tous ses ennuis le même jour. Comme ça, j’espère être épargné ce week-end», philosophera-t-il en fin de journée.

Latvala en grande forme

Les avatars du champion en titre, grand favori sur l’asphalte alsacien, ont évidemment fait la joie de ses rivaux, à commencer par un Latvala très impressionnant tout au long de la journée. Impeccable, ce vendredi, le Finlandais est idéalement placé pour accentuer le suspense de fin de saison alors qu’il ne restera que l’Espagne (24-26/10) et le RAC (14-16/11) au programme ensuite.