Rouge rentrée

EDA - Jacques Duchateau

Les agendas politiques réservent parfois d’amusants chassés-croisés. Ainsi, alors que la Suédoise sera en train de peaufiner les accords qui devraient la mettre définitivement sur les rails du pouvoir, le PS lui va organiser, demain, à Tubize, son congrès de rentrée.

La confrontation ne manque pas de piquant. Alors que le MR finalisera sa participation au fédéral, les militants socialistes eux se rassembleront pour la première fois, de façon aussi massive, depuis leur mise à l’écart de ce niveau de pouvoir. Les discours de part et d’autre seront intéressants à disséquer. Côté boulettes Ikea, on alignera les chiffres et projections budgétaires. Côté escalope milanaise (repas de la veille au PS Tubize), on forgera plutôt le discours d’opposition qui sera de mise au Parlement. On reviendra avec le mot vigilance qui se refile de discours en discours entre les orateurs, refusant le procès d’intention, mais montrant quand même que les progressistes ne s’en laisseront pas conter par ce gouvernement de droite.

Pour le PS, le positionnement des prochains mois ne sera sans doute pas des plus aisés. Le Gouvernement wallon qu’il dirige va devoir prendre des mesures qui ne seront pas toujours très populaires. Si on ne veut pas plomber les caisses régionales, si on veut gérer les transferts en bon père de famille, il faudra faire avaler quelques couleuvres. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il s’agira d’une rigueur nécessaire. Rien à voir avec l’austérité que voudra imposer le gouvernement fédéral où les noms de Charles Michel et de Bart de Wever seront systématiquement accolés comme pour générer des sous-entendus lourds de sens. Finalement, le PS trouvera un avantage dans son rôle d’opposant au fédéral. Là, il pourra y aller franco avec un discours de gauche bien senti qu’il ne pourra pas resservir, par exemple, lors des réductions de coûts effectuées au niveau régional. Cela dit, même placés dans cette situation inconfortable, les socialistes pourront toujours dire qu’ils sont victimes de décisions prises au fédéral qui les mettent dans la mouise régionale. Politique fiction? La lecture entre les lignes des discours de dimanche permettra déjà de confirmer ou non ces analyses anticipatives.