Concentré, l’esprit déjà imprégné de ce qu’il avait à cœur de dire, Francis Steifer, chef de groupe PS au conseil provincial, a dû ravaler l’intervention qu’il avait préparée très tôt le matin.

Le député provincial Patrick Adam, son boss du PS en quelque sorte, lui a imposé le silence. Poliment, mais fermement. Les démêlés d’Alain Deworme, ex-député provincial, ex-administrateur de Vivalia et ex-socialiste, avec sa fédération luxembourgeoise animent le landerneau politique provincial. Aujourd’hui, l’ophtalmologue d’Arlon siège en indépendant au conseil provincial, avec le soutien de la minorité tout heureuse de l’incident. À cet égard d’ailleurs, personne ne semble douter de son prochain passage au MR, lui-même ouvrant grand la porte aux supputations en déclarant rester attaché à des valeurs communes… au PS et au MR. Mercredi passé donc, lors du conseil provincial, la majorité cdH-PS a pourvu au remplacement d’Alain Deworme dans plusieurs instances où il représentait le parti socialiste. La minorité provinciale (écolo-MR) a choisi de s’abstenir sur les remplacements. Davantage pour marquer sa désapprobation au sort imposé à Deworme par son parti que par défiance vis-à-vis du remplaçant. Mais qu’avait donc à dire Francis Steifer, qui aurait pu déranger Patrick Adam? En substance, l’ancien syndicaliste expliquait dans sa note, qui nous est parvenue, que le mandat d’administrateur de Vivalia, au contraire de celui de conseiller provincial, lui a été donné par le parti et pas par les électeurs, d’où une mise hors-jeu naturelle par l’intéressé lui-même; qu’Alain Deworme avait donné l’image d’un député sous-régionaliste, négligeant l’intérêt commun luxembourgeois et qu’il a toujours privilégié sa profession par rapport à son engagement politique. Il y stigmatisait aussi le fait que Deworme entendait envers et contre tout garder son mandat d’administrateur de Vivalia. Francis Steifer regrette «cet affrontement entre camarades, ton entêtement qui ont fait que nous en sommes arrivés là». Rien de bien neuf en fait. À la réflexion, en enjoignant Francis Steifer de se taire, c’est surtout… Alain Deworme que Patrick Adam muselait, l’empêchant par la même occasion de dire en réplique tout le mal qu’il pensait du PS. Comme aux échecs, ça s’appelle avoir un coup d’avance.