Camping-car : la liberté a ses limites

Camping-car : la liberté a ses limites

Se promener avec sa petite maison comporte pas mal d’avantages. Mais il faut aussi se rendre compte des difficultés que l’on peut rencontrer. eda E. H.

Partir en camping-car, c’est la possibilité de moduler ses vacances au jour le jour, en fonction de la météo et des envies de chacun. Mais il faut aussi tenir compte des difficultés à trouver des aires de stationnement.

Un Fiat Challenger: c’est au volant de cet engin que nous avons pu vivre une chouette expérience en camping-car de location.

Direction la Baie de Somme, qui semble être la Mecque du camping-car. Il n’y a pas une route, un chemin où on ne croise pas un de ces engins. Les camping-caristes forment une communauté qui s’apprécie. Si vous croisez un de vos «collègues», c’est comme à moto, il faut se saluer d’un geste de la main.

Une fois les dimensions du véhicule bien intégrées, on l’apprivoise assez rapidement et la conduite est très aisée. Avec près de 3 m de large, autant en hauteur et plus de 7 m de long, la conduite de ce type d’engin nécessite une certaine vigilance. À l’arrière, la petite famille a pris place et se réjouit de passer quatre jours assez uniques. Place à l’aventure…

D’aventure, il en sera question au cours de ce séjour. A priori, on pourrait penser que le camping-car, c’est la liberté absolue. Et pourtant, on est assez vite confronté aux réalités imposées par ce type de vacances.

Lorsque vous vous déplacez avec des enfants, le gros avantage est de ne pas devoir charger le sac à dos de collations, de vêtements de pluie… Puisque votre pied-à-terre n’est jamais très loin, vous pouvez adapter votre programme en permanence. Les vacances en camping-car permettent une certaine souplesse dans l’organisation. Exemple: vous repassez devant le supermarché et vous rangez directement vos courses depuis le caddie jusqu’au frigo.

Mais l’improvisation a aussi ses limites. Malheureusement, les camping-cars ne sont pas souvent les bienvenus au cœur des villes. La plupart des zones de stationnement sont interdites à ce type de véhicule. Des aires spécifiques sont parfois prévues mais elles sont rarement à proximité du centre-ville. Chaque commune adopte un règlement spécifique et il faut donc bien s’informer avant de prendre la route. Dans la ville de Le Crotoy, après avoir réalisé un beau créneau dans une rue étroite, on se fait interpeller par un passant. «Ne restez pas ici, la police va vous verbaliser.» Bon, on se gare où alors? Une réponse que nous trouvons auprès d’un policier… «Moi, je suis aussi camping-cariste. Et je sais ce que c’est… On nous envoie toujours à l’autre bout de la ville.» Car après avoir stationné le camping-car, il faut alors marcher. La solution pour joindre l’utile à l’agréable, c’est d’emporter les vélos et d’effectuer la majorité des déplacements de cette manière.

En fait, tout dépend de la manière dont on conçoit ses vacances. Si l’objectif est de profiter au maximum du camping, de sa piscine et des animations, il n’y a pas vraiment d’intérêt à partir en camping-car. Si vous aimez bouger, soyez donc conscient que ce n’est pas toujours évident. Pour partir avec des enfants, idéalement, il faut qu’ils se débrouillent assez bien à vélo. Si vous combinez vélo et camping-car, alors vous avez la bonne formule pour passer de belles vacances.

Salon Mobicar du 11 au 19 octobre
Pendant une semaine et deux week-ends, les palais 6, 7 et 11 du Heysel accueilleront le salon Mobicar. Sur 41 000 m2 , vous y trouverez tout ce qui touche aux caravanes, motor-homes, matériel de camping, auvents, accessoires et sur le caravaning en général. www.mobicar.be
Combien ça coûte?
Si on se base sur un camping-car de 5 personnes, il faut compter entre 700 et 1 100 € de location pour une semaine (le prix varie en fonction de la saison). À l’achat, un engin neuf correctement équipé approche les 80 000 €. Mais le marché de l’occasion permet d’y trouver de bonnes affaires.
Des chiffres en progression Le secteur caravanes et camping-cars s’est envolé au cours des 10 dernières années. En 2013, 9 291 camping-cars ont été vendus (neufs et occasions) en Belgique. En 2003, les statistiques faisaient état de la vente de 6 448 véhicules. En 2013, 5 917 caravanes ont également été vendues.