MUSIQUE - SESSION ACOUSTIQUE

Live buzz : Ben l’oncle soul a plein de rêves

Son nouvel – et excellent – album, Ben l’oncle soul l’a baptisé « À coup de rêves ». Lui qui vit aux USA se verrait bien boxeur. Question de punch, peut-être.

La Motown. Un label mythique pour tout amateur de soul. Un rêve difficilement accessible, d’autant plus si l’on est Français. Ce rêve-là, Benjamin Duterde – alias Ben l’oncle soul – l’a réalisé en 2010 en publiant son premier album éponyme signé par la division française de la Motown, branche d’Universal. Avec succès, puisqu’il en a vendu 600.000, dont 450.000 en France. « Cela a été une période très dense ! J’ai eu la chance de beaucoup voyager, de découvrir plein de pays, plein de gens et de faire de belles rencontres. Et puis j’ai eu une expérience de la scène qui a été assez importante, avec 350 concerts un peu partout dans le monde. » Une sorte de spirale à laquelle Ben n’était pas préparé. Et qu’il a mis un peu de temps à digérer. « C’est un rythme de vie assez soutenu. Moi, c’est l’énergie des gens qui m’a fait tenir. J’ai dû faire un petit break pour me retrouver et comprendre tout ce qui s’était passé. » Cette période a aussi été mise à profit pour retrouver l’envie. « Il y a toute une période où je me sentais obligé de faire un nouvel album. Ensuite, je me suis dit que je n’étais pas obligé et qu’il fallait que je prenne du temps pour moi, pour me retrouver. »

Ce nouvel album, « A coup de rêves », il est venu nous le présenter dans le grand studio de Nostalgie. Premier extrait : Carry me, dans notre première vidéo ci-dessus.

Nous vous invitons a régler le niveau de lecture sur HD pour une qualité d'image et de son optimale.

 

Envie de vivre à San Francisco

Le « soulman » est parti vivre à Los Angeles, notamment. « Je suis beaucoup plus nomade qu’avant. J’y suis pour l’instant, mais j’aimerais bien m’installer à San Francisco bientôt. Le voyage est au cœur de ma vie et nourrit mon imaginaire. » Et Détroit ? « C’est un peu détruit ! Mais c’est une ville qui m’attire beaucoup et j’aimerais y passer. Les racines de la soul se sont faites là-bas. Mais pour l’instant, ma rencontre artistique, c’est les Monophonics et c’est donc à San Francisco que j’ai envie de m’installer. »

Les Monophonics

C’est sans doute la rencontre déterminante qui a donné vie au nouvel album de Ben. La rencontre s’est d’abord faite via internet. « Je suis toujours en recherche de musique. Le net, c’est un vivier sans limite. » Puis, il est allé les voir lors d’un concert à Paris. Et cela a « matché ». « Les backing-bands sont plutôt rares aujourd’hui. C’est toute une petite famille qui se connaît bien. Et eux, j’ai vraiment eu un coup de cœur. »

Deuxième titre de cette session acoustique: Lord we know, dans notre vidéo ci-dessous :
 


Cela n’empêche pas Ben l’oncle soul d’avoir encore de nombreux rêves. « Je suis un grand rêveur… Jacques Brel disait qu’on a eu tous nos rêves avant 16 ans et qu’après, il faut les identifier pour prendre le temps de les réaliser. Donc, moi, j’ai plein de rêves. J’aimerais beaucoup reprendre la peinture puisque c’est à cela que je me destinais à la base (NDLR : il est diplômé des Beaux-Arts, à Tours). Mais la musique est venue me chercher. » Ben l’oncle soul se verrait bien basketteur. Ou encore mieux : boxeur ! « Mohamed Ali ! (rires) Il n’y en a qu’un pour moi. Il m’a toujours beaucoup impressionné et guidé. J’ai toujours aimé son énergie. »

Une énergie que l’on retrouve sur l’album mais aussi sur scène. Car c’est sûr, Ben l’oncle soul va repartir sur les routes. Sauf le 10 novembre prochain, jour où il fêtera ses 30 ans. « Il faut marquer le coup ! »

Ben l'Oncle soul sur internet.

Toutes nos sessions acoustiques Live buzz.

+ Prolongez l'info dans L'Avenir de ce samedi 20 septembre 2014.

 

Nos dernières videos