MUSIQUE - SESSION ACOUSTIQUE

Live buzz avec Barcella : chercheur de soleil

Auteur – selon nous – d’un des meilleurs albums en français de l’année 2012 avec Charabia – Barcella est revenu au début du printemps avec Puzzle, album poético-sensibilo-comique, car on y trouve aussi bien de l’humour que de l’amour, du rire et des larmes, bref toutes les pièces d’un puzzle qui forment la vie de cet artiste attachant. Rencontre quelques semaines avant sa venue au Festival FrancoFaune (ex-rallye Chantons français), le 11 octobre.

Nous rencontrons Barcella dans le hall très coloré d'un grand hôtel bruxellois. LE temps d'installer le matériel et de procéder à un rapide soundcheck, il nous offre un titre, superbe : Caroline, que vous pouvez découvrir dans notre vidéo ci-dessus.
 

Nous vous invitons a régler le niveau de lecture sur HD pour une qualité d'image et de son optimale.
 

Votre nouvel album Puzzle est venu très vite après Charabia…

Oui ! J’ai plongé tout de suite sur Puzzle car je voulais vraiment que ces chansons, qui sont vraiment en accord avec ce que je vis en ce moment, soient chantées dans l’instant. C’est un album qui n’est pas très vieux et les chansons non plus d’ailleurs. Certaines avaient quelques années, mais beaucoup ont été écrites les deux dernières années, donc on est encore dans le « mood ».

L’écriture peut être thérapeutique ?

J’ai pu l’observer dans des ateliers d’écriture : quand on apprend aux autres à mettre des mots sur leurs émotions, on arrive souvent à se libérer. Une chanson comme "Le suicide" rit d’un sujet grave, mais j’ai tendance à dire qu’elle rit avec pudeur et cynisme. Mais il fallait que cela sorte comme ça. J’étais totalement désespéré quand j’ai écrit cette chanson-là. Et c’est elle qui m’a sorti de ça. L’idée est de parler du désespoir de quelqu’un qui n’arrive pas à en finir et qui, en gros, a besoin de parler. Moi c’est cette curiosité du public vis-à-vis de mes chansons qui m’a sauvé de bien des maux.

 

Pour cette session acoustique, vous nous avez interprété Caroline. On connait tous celle de MC Solar. Votre Caroline à vous, elle est comment ?

Elle sera à l’image que vous vous en ferez. Je ne trouve pas cela constructif de toujours mettre une image sur quelque chose. C’est ma chanson préférée de l’album, sans doute la plus lancinante aussi. C’est une mélodie que j’ai eu du mal à faire naître avec Jef Delort qui a réalisé l’album. Cette Caroline, c’est peut-être votre Sophie à vous… C’est simplement la fragilité d’une relation amoureuse et la poésie qui peut en ressortir. Et pour le coup, ce n’est pas une chanson méchante, mais elle témoigne de toutes les ruptures que j’ai connues dans ma vie. Et elles ne s’appelaient pas toutes Caroline ! (sourire)

Vous faites un duo avec Emily Loizeau…

C’est une bonne copine ! On a fait quelques festivals ensemble. On s’est rencontré au festival de la chanson française à Risoul, dans la neige, sur le télésiège. Et donc, ici, je l’ai timidement appelée pour voir si elle accepterait de mettre son empreinte sur mon puzzle. Elle a accepté et j’ai été très touché, d’autant plus qu’elle a abordé ce morceau (NDLR : La poésie des roses) avec une tessiture qu’on lui connaît moins, une voix un peu plus basse et très sensuelle. Je suis ravi !

Vous vous nourrissez de beaucoup de choses, musicalement ? Qu’est-ce que vous écoutez ?

Absolument de tout ! Je me nourris avant tout des rencontres que je fais et de mes vibrations. J’aime marcher en montagne, l’Ardèche, les natures très évasives. J’ai aussi fait beaucoup d’ateliers d’écriture dans les écoles, les collèges, les maisons d’arrêt, les maisons de retraite… Ma curiosité m’invite à aller là où l’on ne m’attend pas. Tant mieux, car j’ai besoin de toujours relativiser ce que je pense. Je n’ai d’ailleurs pas de télé pour cette raison. Je me fais mes avis moi-même.

Et vous n’hésitez pas à écrire pour des gens qui ont participé à des télécrochets…

Effectivement, chez Sony, nous sommes quelques auteurs à récupérer des projets qui n’ont pas forcément encore définit une identité artistique et qui s'appliquent à le faire. Et là le travail m’intéresse vachement. J’ai donc écrit pour Luce, pour Gaël Faure… On peut essayer de travailler cette forme d’empathie qui est de se mettre à la place de l’autre. Ecrire pour les autres et essayer de trouver la chanson qui leur va bien, cela me passionne. Et ce d’autant plus quand l’artiste ne ressemble pas à ce que moi je fais.

Vous pourriez écrire pour le cinéma ?

Je ne m’interdis rien. Récemment, j’étais juré dans un festival de web-fiction en Suisse, et on a donné le Grand Prix à un reportage scolaire, où une enseignante a demandé à ses élèves issus de tous les coins du monde d’interviewer leurs parents, de les filmer… Cela s’appelle Photo de classe et c’est magnifique. Si un jour j’estime que par l’image, ce serait utile de défendre une vision poétique du monde, je le ferai.

Est-ce que parfois, on vous dit que vous êtes un doux rêveur ?

Si ! Et pour moi, c’est bonne pioche ! On a besoin de douceur… Après, je suis un chanteur à barbe, donc je pique un peu aussi. Je ne suis pas du tout absent des réalités et de la cruauté du monde dans lequel on vit. Mais, comme Bourvil le faisait, j’aime beaucoup cette capacité à essayer de continuer à peindre le monde avec des couleurs positives et à chercher du soleil. J’ai passé la première moitié de mon existence à me plaindre et à surfer sur une vague mélancolique. Passé la petite trentaine, je crois qu’être un homme, c’est essayer de voir le beau là où il est et de ne pas se plaindre de tout. Sinon, on ne s’arrêtera jamais. C’est beaucoup plus complexe de trouver de belles choses et d’essayer de les mettre en valeur. C’est plus noble comme tâche. C’est bien pour cela que c’est Bourvil qui me touche le plus.

 

Toute son info sur son site et sa page facebook.

Barcella sera en concert le 11 octobre au centre culturel Jacques Franck dans le cadre du Festival FrancoFaune.

Toutes nos sessions acoustiques Live buzz.

Merci à l'hôtel Thon Brussels pour l'accueil et la mise à disposition de ce joli salon.


+ Prolongez l'info dans L'Avenir de ce jeudi 18 septembre 2014.

 

 

 

 

 

 

Nos dernières videos