JUSTICE -

Attentat au Musée Juif : la détention de Mehdi Nemmouche prolongée de trois mois

Attentat au Musée Juif : la détention de Mehdi Nemmouche prolongée de trois mois

Illustration AFP

Le parquet fédéral a confirmé, ce vendredi après-midi, que la chambre du conseil de Bruxelles venait de décider de maintenir en détention Mehdi Nemmouche, l’auteur présumé de la fusillade au Musée Juif de Bruxelles en mai dernier. L’inculpé comparaîtra à nouveau en chambre du conseil dans trois mois.

Mehdi Nemmouche est inculpé d’assassinats dans un contexte terroriste. Il est soupçonné d’avoir ouvert le feu au Musée juif de Bruxelles le 24 mai dernier et d’avoir tué quatre personnes.

Il avait été retrouvé par hasard à Marseille une semaine plus tard, en possession d’une kalachnikov, d’un revolver et d’une casquette similaire à celle portée par le tueur, filmé par des caméras de vidéo-surveillance.

Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de l'attentat commis au Musée Juif de Bruxelles le 24 mai dernier et qui a coûté la vie à quatre personnes, n'ira pas en appel de la décision de la chambre du conseil de Bruxelles de prolonger de trois mois sa détention, ont fait savoir ses avocats Mes Henri Laquay et Sébastien Courtoy. Nemmouche avait été arrêté le 30 mai à Marseille (France). Dans ses bagages avaient été retrouvées des armes ressemblant à celles utilisées pour l'attentat de Bruxelles, ainsi qu'une grande quantité de munitions de gros calibre et un drapeau de l'Etat islamique (EI). En outre, il existe aussi sur une vidéo dans laquelle un homme, probablement Nemmouche, affirme qu'il est l'auteur de l'attentat du Musée Juif tout en filmant ses armes et ses vêtements. Des media français ont affirmé ces derniers jours que Nemmouche se serait battu en Syrie aux côtés de l'EI qui a établi un califat sur certaines zones de Syrie et d'Irak. Il aurait été là-bas le geôlier de prisonniers occidentaux, notamment des journalistes français, qu'il aurait par ailleurs torturés. Mehdi Nemmouche a comparu vendredi devant la chambre du conseil de Bruxelles, laquelle a ordonné la prolongation de sa détention pour trois mois. Ses avocats n'ont pas demandé sa libération et ont fait savoir qu'ils ne feraient pas appel de la décision de la chambre du conseil.