MONDE -

Six mois après les JO, Sotchi est déjà une ville fantôme

Un photographe russe raconte son périple dans la ville fantôme de Sotchi. Celle-là même qui a accueilli les JO d’hiver, il y a à peine six mois de cela.

Alexander Belenkiy raconte sur son blog son curieux voyage à Sotchi, devenue ville fantôme une fois que les Jeux olympiques et ses sportifs ont plié bagages.

Le photographe s’est baladé dans les rues désertes au début du mois d’août. Bien que le tout soit encore en bon état (encore heureux), les trop rares touristes ne permettent pas de faire tourner l’ensemble des complexes et bâtiments sortis de terre à l’occasion de la grand-messe du sport hivernal.

Selon Alexander Belenkiy, à peine 5 pourcent des constructions tournent encore aujourd’hui. Une situation pas si anormale, sachant que la station est plutôt prévue pour accueillir du monde en hiver, mais quand même. L’investissement colossal pour pouvoir organiser les JO (36 milliards d’euros, soit les Jeux les plus chers de l’histoire) s’apparente parfois à un immense gâchis.

Parkings déserts, restaurants vides... ont ne bouscule pas à Sotchi, sauf devant le téléphérique, qui rameutait encore une petite vingtaine de touristes, partis explorer la ville vide d’en haut, explique le photographe.

En février déjà, un rapport rédigé par deux opposants russes, Boris Nemtsov (ex-ministre de Boris Eltsine) et Léonid Martyniouk prédisait que la plupart des installations seraient inutilisées après les Jeux.

On sait que le stade Fisht accueillera des matches de la Coupe du monde de football en 2018 et que le premier Grand Prix de Formule 1 organisé en novembre en Russie traversera le parc olympique, mais il faudra sans doute plus que cela pour que Sotchi ne vienne pas agrandir la liste des sites abandonnés.

+ Plus de photos sur le blog du photographe