BUDGET

Kot ou voiture ? À vos calculettes

Kot ou voiture ? À vos calculettes

Fotolia

Kot ou voiture? Les études ont un prix. Comparaison «théorique» qui donne l’avantage, financier, à l’auto.

Les enfants grandissent et puis un jour, hop. Les voilà dans les études supérieures ou à l’université. Mais ce type d’établissement ne se trouve pas au premier coin de rue. Liège, Bruxelles, Namur, Mons, Louvain-la-Neuve… Le tour est fait. Et tout le monde n’habite pas à quelques pas de là.

Alors? On pense au kot, un bel outil pour l’apprentissage de l’indépendance. Un bel outil qui a son prix.

Certains pensent alors au transport en commun. Là, si on n’est pas installé le long d’une ligne régulière, ça devient vite la galère dans laquelle on use plus ses culottes que sur le strapontin d’un auditoire.

Vient alors la solution de la voiture. Ce petit bazar à quatre roues qui était synonyme de liberté.

Sédentaire en kot ou nomade en voiture?

En kot, c’est simple

Pour le kot, c’est simple. la location: on prend un prix «moyen» de 350€/mois que vous multipliez par 12. Car les propriétaires privés qui louent 10 mois deviennent rares. Résultat, 4 200€.

Il faut y ajouter l’argent de poche. Étudiant on ne vit pas toujours d’amour et d’eau fraîche. On peut compter 10€ par jour pour couvrir les frais. Cela donne 200€ par mois que l’on multiplie par 10. Le total annuel, 2 000€. Nous voilà à 6 200€.

Pour le reste, il n’est pas interdit d’avoir un job pour arrondir les extras.

À cela, on peut ajouter un abonnement de transport en commun: 10€ par semaine que l’on multiplie par 30 (semaines), soit 300€. Nous voici à 6 500€ pour un kot.

On multiplie le tout par 5, le nombre d’années d’études. On arrive à 32 500€ pour un cycle de 5 ans. À condition que cet élève ne bisse pas et n’entame pas des études de médecine.

Voiture: plus de variables

La voiture? Toujours sur base d’un petit calcul théorique, on achète un véhicule à 5 000€ (1 000€/an). Une occasion qui ne doit pas tomber en panne tous les deux mois. La voiture, c’est bien mais il faut plus pour rouler.

D’abord, la taxe de mise en circulation 61€ (soit 12€/an), puis la taxe annuelle, 138,70€, et puis bardaf, il faut payer l’assurance: renseignement pris: un jeune conducteur ne s’en sort pas en dessous de 1500€ pour une voiture style Citroën C1 de 51kw. On n’a pas pris la plus grosse! Ici, on entend bien RC et protection juridique. Pas question d’omnium.

Soit 2 650€/an. On y ajoute l’argent de poche, que l’on peut diviser par 2 puisque l’étudiant mange à la maison (même si cela coûte quand même). On compte la moitié du koteur, soit 1 000€. On arrive à 3 650€/an.

À ce stade, on fait la différence: les 6 200€ annuels du kot moins les 3 650€ de l’auto. On arrive à 2 550€ de différence annuelle en faveur de l’auto. Mais…

Arrive en trombe le poste carburant, avec une consommation de 5l/100 km à 1,60€ du litre. Donc 8€ au 100 km (2x50km), si l’étudiant habite à 50 km. On multiplie par 150 (30 semaines et 5 trajets par semaine), soit 1 200€/an. On y ajoute les extras de kilomètres que l’on fait en plus parce qu’on a une auto, disons 1 400€/an en tout.

En faveur de la voiture

La différence s’avère toujours intéressante: 2 550€-1 400€, donc 1 150€ en faveur de l’auto. C’est ici qu’intervient l’inconnue, celle des entretiens. Même à 250€ annuels, la voiture reste en tête avec 900€ de bonus annuel par rapport au kot (il faudrait faire 175 km/jour pour arriver au même coût).

Mais on multiplie aussi les risques sur la route. Sans tenir compte de ce fameux apprentissage, ou nécessité, d’indépendance…

Nos dernières videos