LIÈGE

Les Jardins suspendus de Jonfosse, ce trésor caché de Liège

Les Jardins suspendus de Jonfosse, à quelques mètres de la gare ferroviaire, restent assez méconnus des Liégeois. Pourtant, cette zone verte constitue un trésor de biodiversité au beau milieu de la Cité ardente.

On y entre par une discrète porte métallique, à quelques mètres de la gare de Jonfosse, au croisement des rues Pouplin et Monulphe. Les Jardins suspendus de Jonfosse se trouvent à quelques encablures de l’hypercentre, en contrebas de l’abbaye Saint-Laurent, offrent une vue inédite sur la ville, et sont pourtant relativement méconnus du grand public.

Cette zone d’un peu plus de 1300 m2 , à vrai dire, n’est pas accessible au public au même titre qu’un parc. Mais des balades et visites guidées permettent de s’y rendre régulièrement. Ce sera par exemple le cas, le 30 août prochain, dans le cadre du Festival de Promenade de Liège.

La zone est louée par l’association de protection de la nature Natagora à la SNCB-Holding. «Tout a commencé par une anecdote», glisse Pierre Tomasovic, le président de la régionale Liège et Basse-Meuse de Natagora. «Figurez-vous qu’on m’avait demandé de venir analyser une plantation sur place. Il s’agissait de canabis. Nous l’avons bien entendu retiré…»

Une ruche au commencement, cinq aujourd’hui

Rapidement, Natagora a perçu l’opportunité qui se présentait de préserver la riche biodiversité de l’endroit, qui était au départ constitué de broussailles. «On progressait à la machette sur le terrain, au début», ajoute Pierre Tomasovic.

Plantes, insectes, mare, légumes, potagers: les activités y sont désormais nombreuses. «Nous avons commencé par installer une ruche. Elles sont aujourd’hui au nombre de cinq», ce qui témoigne de la qualité de l’habitat développé sur place.

Il s’agit d’un «jardin nature», qui ne rentre pas forcément dans les critères du bio, ni même du jardin sauvage. «Tout ceci est entretenu par une douzaine de bénévoles actifs, mais nous ne sommes pas ici pour faire de la production. Certains bénévoles installent un petit potager, mais c’est tout… Le but est de vivre avec le jardin et son évolution au fil de l’année, d’observer la nature, de la respecter, de préserver certaines espèces indigènes, etc.»

Insectes, légumes, plantes indigènes: tout y a sa place

Tout bénévole qui participe au projet des Jardins suspendus de Jonfosse se doit de respecter une forme de charte: préservation des milieux naturels, lutte contre la prolifération des espèces exotiques invasives, préférence pour les plantes indigènes, liberté à la spontanéité de la vie sauvage, refus des pesticides chimiques.

Du coup, les insectes, les plantes, les légumes ou encore les fleurs qui se développent sur place ne correspondent pas tout à fait aux canons de la grande distribution. «On privilégie les nombreuses variétés de tomates, les légumes indigènes, etc.» L’important consiste assurer la diversité, insiste Pierre Tomasovic. «Nous avons 36 sortes de roses, nous associons les plantes mellifères et la production. On peut ainsi observer des zones où se côtoient glaïeuls, tomates, roses et autres légumes.»

Les Jardins suspendus se prêtent bien à l’accueil des insectes. «Ici, on ne demande pas qu’à voir les beaux insectes, les coccinelles et les papillons… Tous les insectes sont utiles. Le lézard des murailles, par exemple, est présent sur place depuis le début. C’est un animal qui se raréfie.»

Un endroit précieux

Assurément, une telle biodiversité, «il n’y a probablement qu’ici qu’on la trouve à Liège». Du coup, c’est avec passion et acharnement que les bénévoles entretiennent les lieux, auxquels on accède par un sentier ascendant, au son des trains qui arrivent et repartent en gare de Jonfosse.

«L’objectif, c’est vraiment d’en faire un lieu de pédagogie et de sensibilisation. Mais finalement, nous accueillons dans ce jardin ce que nos parents et grands-parents côtoyaient au quotidien. Mais cela a disparu. Nous avons été très loin dans la destruction de la nature. Heureusement, des initiatives existent aujourd’hui», constate Pierre Tomasovic. Les Jardins suspendus de Jonfosse en sont une, salutaire au centre-ville de Liège.

Balade guidée le 30 août

Le Festivqal de Promenade se déroule à Liège et dans les alentours en ce moment. Du 22 au 31 août, une série de promenades sont organisées, à la découverte des richesses de la ville ou de la nature.

Les Jardins suspendus de Jonfosse font justement l’objet d’une balade intitulée «Jardinage et malherbologie dans le quartier Saint-Gilles», le 30 août dès 9h45. Guidée par Danielle Fontaine, elle se penchera notamment – en ce centenaire de la Première Guerre mondiale – sur les richesses de la biodiversité qui se retrouvent dans les jardins et dont les contemporains de la guerre se servaient pour s’alimenter, par exemple. Les réservations sont obligatoires au 04 253 32 39 (après 18h) ou via danielle.fm.fontaine@gmail.com.

L’ensemble du programme du Festival de Promenade est disponible en cliquant sur ce lien.

Les visites publiques des Jardins suspendus de Jonfosse sont régulièrement annoncées sur l’agenda du site de Natagora.