Le corps d’une femme a été retrouvé au lac Charles, en Louisiane. Tout indique que ce crime a un lien avec l’affaire Dora Lange, prostituée assassinée il y a 17 ans.

Marty Hart et Rust Cohle avaient à l’époque été chargés d’enquêter sur le meurtre. À leur tour d’être interrogés par la police (et d’arranger les faits à leur sauce)…

True detective, c’est tout d’abord un générique. Aussi inventif que lourd de sens où les deux héros, ombres fantomatiques, sont consumés de l’intérieur. En apparence pourtant, Marty et Rust n’ont pas grand-chose en commun. À la vie «équilibrée» du premier s’opposent le pessimisme du deuxième, ses discours philosophiques alambiqués et son intelligence acérée (faut le voir soutirer des aveux à une mère infanticide avec tact… avant de l’inviter à se suicider). Mais grattez le vernis et vous découvrirez que les apparences sont trompeuses car tous deux sont porteurs d’une même souffrance. Pas très joyeux tout ça, c’est sûr, mais que cette plongée dans l’âme humaine est fascinante.

La signature de True detective, c’est aussi et surtout une atmosphère, poisseuse et oppressante (la mine grave de Rust n’arrange rien à l’affaire). Filmées par Cary Fukunaga, de simples herbes folles paraissent menaçantes. Comme si, à chaque instant, une créature tapie dans l’ombre pouvait surgir des fourrés pour happer les imprudents promeneurs. Le tueur attend d’ailleurs son heure pour frapper. Encore et encore.

Dans les bonus (qui ne sont pas à la hauteur de la série mais soit), Nic Pizzolatto, showrunner, répond notamment à certaines critiques lues sur le net. Et visiblement, il n’aime pas qu’on remette en cause les compétences de ses protégés…

Warner Home Video

Nos dernières videos