Fake-similé

Une émission de téléréalité pour désigner les futurs ministres MR

Une émission de téléréalité pour désigner les futurs ministres MR

A l'annonce du jeu de téléréalité désignant les futurs ministres MR, les candidats affluent au casting. Sur ce cliché, quelques candidats bruxellois attendent leur tour. belga

Qui sera ministre MR dans le futur gouvernement "suédois" (ou "kamikaze") ? Le Mouvement Réformateur va lancer sur sa propre chaîne MR-tv une émission de téléréalité pour sélectionner les candidats.

Les idées de titre ne manquent pas : "Ministre story", "Le MR célébrités", "Un ministre presque parfait"...On est chaud bouillant au QG du MR depuis qu'a été prise la décision de donner au casting des candidats ministrables la forme d'un jeu de téléréalité. 

Pourquoi ce procédé ludique, public (et qui peut être cruel), alors que les partis décident généralement de tout cela en comité restreint et dans la plus totale opacité ? Parce qu'en dehors de quelques stars continuellement médiatisées (Charles Michel, Didier Reynders, Walter le Libraire et...c'est tout !), les actuels ténors du MR manquent de notoriété.

Les Libéraux, il est vrai, ont été confinés dans l'opposition en Région wallonne et Bruxelloise, ainsi qu'à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Peu ont été dans la lumière ces dernières années. Ils sont donc nombreux à estimer que leur heure est venue de devenir "ministre fédéral", et qu'ils seraient ainsi récompensés de leur assiduité à ferrailler dans les travées souvent désertiques des parlements régionaux. 

Au fait, combien le MR aura-t-il de ministres ? Le co-formateur Kris Peeters (CD&V) parlait d'un gouvernement "service minimum" à 10 ministres seulement. Ce qui ferait 5 portefeuilles MR puisque les francophones ont droit à la moitié des postes. Mais la tradition, c'est plutôt 14 portefeuilles, donc 7 pour MR.

Et pour ces cinq à sept places, ils sont une quinzaine à jouer des coudes : Jean-Luc Crucke, Daniel  Bacquelaine, Denis Ducarme, Christine Defraigne, Olivier Chastel (secrétaire d'Etat sortant), Willy Borsus, Françoise Schepmans, Vincent De Wolf ... on en passe. C'est un peu comme si un seul club de foot avait droit à la moitié des places en équipe nationale pour le Mondial !

Comme les Réformateurs ont depuis des années leur propre chaîne de télé dénommée MR-tv (vous n'avez jamais regardé ?), l'idée est naturellement venue d'un divertissement "jeune et dynamique" pour valoriser ce casting.

Avec tous les ingrédients éprouvés de la téléréalité : présélection devant un jury composé de vieilles gloires sarcastiques (présidé par Louis Michel ?) et d'un représentant de la N-VA (Bart De Wever lui-même ?) qui testera le bilinguisme des candidats. Puis mise en quarantaine des meilleurs éléments dans un château du Brabant wallon (non inondable si possible). Ensuite, épreuves de cohabitation, tests de communication de crise, séances de confession ("non mais Allo?"), concours de cuisine, dortoirs filmés aux caméras infra-rouges, soirées-piscine...

De quoi booster aux yeux du grand public la popularité de sénateurs et députés demeurés quelque peu obscurs.

Toutes les semaines, plusieurs des candidats seront éliminés lors d'un cérémonial impitoyable évoquant celui de Koh Lanta. Le tout sera animé par deux professionnels de la télé (garantis non ministrables), Olivier Maroy et Florence Reuter, cependant que "La  Voix" de Charles Michel terrorisera les pensionnaires du château.

Mise à l'antenne dans quelques jours, avec vingt minutes quotidiennes en "live" et chaque vendredi...le "prime" !