Actuelle dixième au coefficient UEFA, la Belgique joue gros, cette saison. «C’est le moment de vérité. On doit garder notre place», prévenait la semaine passée Ludwig Sneyers, le manager de la Pro League, à propos de cet indice qui additionne les résultats européens des clubs sur les cinq dernières saisons et attribue les tickets pour la Ligue des Champions et la Ligue Europa en fonction du classement.

En effet, la clé de répartition des tickets européens décidée avec la réforme Platini accorde aux champions des pays classés de la septième à la douzième place une qualification directe pour les poules de la Ligue des champions, ce dont a bénéficié Anderlecht ces deux dernières années.

Mais voilà, après une saison 2011-2012 plutôt intéressante (10,1 pts accumulés sur la saison), les deux suivantes ont été assez décevantes (6,5 et 6,4 pts). Résultat: l’avance dont disposait la Belgique sur le treizième pays, qui n’envoie pas d’office son champion dans les poules de la C1, a fondu. Avant le premier tour de Zulte, la Belgique (28,8 pts) ne comptait plus que deux points d’avance sur la Grèce (26,8 pts), actuelle treizième, au lieu des 5,4 points qu’elle tenait fin de la saison 2011-2012. Si le prochain champion de Belgique est bien assuré d’être directement versé en phase de groupe de Ligue des Champions, les représentants belges feraient bien de réussir leur saison européenne, pour permettre au champion 2016 de disputer à coup sûr la Ligue des champions 2016-17.

Le coefficient UEFA actuel:9. Pays-Bas 35,646 pts10. Belgique 28,8 pts11. Suisse 28,475 pts12. Turquie 27,6 pts13. Grèce 26,8 pts