FOIRE DE LIBRAMONT

L’agriculture wallonne va bien, la Foire aussi

Les prix sont satisfaisants, les jeunes agriculteurs reprennent confiance et la Foire de Libramont célèbre ses 80 éditions depuis 1926.

La première heure de cette 80e Foire de Libramont s’est révélée très politique: au petit-déjeuner du cdH (1 000 invités), le président Benoît Lutgen a juré que jamais son parti ne permettra à la N-VA d’accéder au pouvoir, même au prix de sept ministres, le tout sous un tonnerre d’applaudissements.

Après l’heure des «jamais!», venait celle des «merci!» du président de la Foire, Benoît Coppée, qui les lançait tous azimuts pour fêter cette 80e édition: pour la confiance que la Région wallonne et ses ministres ont misée dans le projet du LEC, l’immense complexe événementiel inauguré en 2012, pour l’ex-ministre Sabine Laruelle aussi, qui a reçu une valise trolley contenant des bottes en caoutchouc et tout un attirail pour sa nouvelle carrière. Et un merci à quatre jambes pour le patron de Crelan (ex-Crédit agricole): Luc Versele a reçu une pouliche de trait ardennaise prénommée Émeraude car le partenariat Foire-Crédit agricole a 40 ans, soit des noces d’émeraude. L’enquête de Crelan auprès de 1 250 agriculteurs, 8e du genre, montre un regain de confiance, surtout chez les producteurs laitiers, et chez les jeunes, davantage en Flandre.

La visite inaugurale a ensuite permis au ministre-président wallon, Paul Magnette, (PS) de découvrir l’ampleur de l’événement ardennais pour la première fois, y compris lors du «test» de la nacelle. Ce baptême libramontois est réservé aux hôtes de marque qui peuvent ainsi découvrir le champ de foire du haut d’une nacelle télescopique: vertige déconseillé.

L’inauguration des stands des deux organisations agricoles s’est déroulée selon une nouvelle formule: Daniel Coulonval a assisté à celle de la FUGEA, et Philippe Duvivier à celle de la FWA. Un signe clair de décrispation.

La FUGEA grandit, s’est dotée d’un nouveau logo épuré et milite pour une agriculture paysanne et durable. La FWA domine et prône une agriculture familiale. Ensemble, elles pourront dialoguer avec les ministres wallons de l’Agriculture et de l’Environnement et du Bien-être animal. Daniel Coulonval réclame notamment une concertation pour assurer la promotion de la viande et du lait face aux attaques dont ils sont l’objet.

Restent trois jours de foire qui se présentent sous le meilleur jour possible…