RÉGIONALES 2014 -

Gouvernement flamand : Jo Vandeurzen reste ministre du Bien-Etre

Gouvernement flamand : Jo Vandeurzen reste ministre du Bien-Etre

Tête de liste aux élections régionales de 2009 dans le Libmourg, il avait recueilli 69.223 voix de préférence, signant un retour par la grande porte. BELGA

Agé de 56 ans, Jo Vandeurzen rempile dans ses fonctions de ministre flamand du Bien-Etre.

Il était devenu ministre flamand sept mois après avoir démissionné, le 19 décembre 2008, comme ministre de la Justice à l’annonce d’un rapport de la Cour de cassation relatif à l’immixtion présumée du politique dans l’affaire judiciaire Fortis.

Licencié en droit, ce Limbourgeois a commencé sa carrière politique en 1983 comme président de la section CVP de Genk, une ville où il est resté actif comme conseiller communal, conseiller de CPAS et président du CPAS.

Jo Vandeurzen a débarqué à la Chambre des représentants en 1993 en remplacement de Luc Dhoore parti à la pension. Il y est devenu un spécialiste des questions Santé publique et Justice, faisant notamment connaître son opposition à la loi facilitant la naturalisation et à la politique de tolérance à l’égard des drogues.

En 2001, il est devenu secrétaire général de son parti puis président, en 2004, succédant à Yves Leterme devenu ministre-président. C’est en sa qualité de président du CD&V qu’il a participé aux fameuses négociations après les élections fédérales de 2007.

Dans le gouvernement intérimaire qui a suivi ces négociations, sous la direction de Guy Verhofstadt, il a été ministre de la Justice. Il a conservé sa compétence dans le gouvernement Leterme I, devant également vice-premier ministre et ministre des Réformes institutionnelles. Lors de son passage à la Justice, il a déposé un plan de construction de nouvelles prisons.

À la fin 2008, Jo Vandeurzen est emporté dans la tempête Fortis, déclenchée par une lettre du Premier ministre Yves Leterme. Son cabinet de la Justice est cité dans la présumée tentative d’immixtion du gouvernement dans l’affaire judiciaire Fortis. Le vendredi 19 décembre 2008, il présente sa démission après qu’un rapport du président de la Cour de cassation eut atterri sur la place publique.

Tête de liste aux élections régionales de 2009 dans le Libmourg, il avait recueilli 69.223 voix de préférence, signant un retour par la grande porte.