Gouvernement wallon

Qui sont vos ministres au gouvernement wallon ?

On y est: huit ministres au gouvernement wallon.

Paul Magnette (PS), 43 ans

Nommé ministre-président, en charge de la Lutte contre la pauvreté, le charismatique bourgmestre de Charleroi prend les rênes de la Wallonie, après avoir fait fonction à la tête du PS. Il a été ministre du Climat et de l’Énergie sous quatre gouvernements fédéraux, avant d’être nommé ministre des Entreprises publiques en 2011, fonction qu’il abandonnera en 2012.

En devenant ministre-président wallon, Paul Magnette quittera la présidence (ff) du PS dès qu’il aura prêté serment. C’est Elio Di Rupo qui, en bonne logique, pourrait réendosser 100 % du costume au boulevard de l’Empereur.

Paul Magnette reste « bourgmestre en titre » de Charleroi

 

Jean-claude Marcourt (PS), 57 ans

Bénéficiant d’une grande reconnaissance auprès des acteurs économiques, le « Monsieur Marshall » poursuit avec des attributions dans l’Économie, l’Industrie, l’Innovation et le Numérique. L’ancien chef de cabinets de plusieurs ministres socialistes, assumera une double casquette, comme lors de son précédent mandat. 

 

 

 

 

Paul Furlan (PS), 51 ans

Le nouveau ministre des Pouvoirs locaux, de la Ville, du Logement et de l’Énergie s’est investi dans toutes les réformes concernant les pouvoirs locaux depuis 2009. Bourgmestre de Thuin depuis 2001 et président de l’Union des villes et communes de Wallonie de 2007 à 2009, il mène dans sa ville une politique sociale ambitieuse.

 

 

 

 

 

 

Eliane Tillieux (PS), 48 ans

En charge de l’Emploi et de la Formation, la Namuroise a été élue pour la première fois députée wallonne et à la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2004. Licenciée en traduction et en management public, elle travaillait à la SWDE avant de débuter sa carrière politique. Son premier mandat ministériel wallon, elle l’exerçait depuis 2009 (Santé, Action sociale).

+ Deux ministres namurois au gouvernement wallon

+ Luperto : ni euphorique ni déprimé

 

 

 

Christophe Lacroix (PS), 47 ans

Le Wanzois avait loupé de peu le mandat de député fédéral. Le PS avait promis de ne pas l’oublier. Et en effet : après avoir été désigné sénateur coopté il y a quelques jours, le voilà maintenant ministre wallon du Budget (un casse-tête, vu les perspectives), de la Fonction publique et de la Simplification administrative.

+ Le PS de Huy-Waremme devra gérer la déception de Collignon

 

 

 

 

Maxime Prévot (cdH), 36 ans

Il voulait se consacrer au mayorat namurois et à son poste de député.Mais il sera vice-président wallon, en charge des Travaux publics, de la Santé, de la Sécurité, des Allocations familiales, de l’Action sociale, des zones d’activité économique et du Patrimoine. Des nouvelles compétences transférées à gérer et un « Plan Routes II » annoncé dans la DPR.

En devenant ministre wallon, Maxime Prévot (cdH) n’aura plus le temps de s’occuper de sa ville. C’est la première échevine Anne Barzin qui devrait le remplacer. Une échevine MR.

+ "Je ne quitte pas Namur"

+ Les autres changements à  Namur

 

 

Carlo Di Antonio (cdH), 52 ans

L’ancien ministre des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Nature, de la Ruralité et du Patrimoine exercera cette fois les compétences de l’Environnement, du Bien-être animal, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Aéroports. Fin 2011, l’organisateur du Dour Festival avait succédé à Benoît Lutgen.

 

 

 

 

René Collin (cdH), 56 ans

Le député provincial luxembourgeois devient ministre de l’Agriculture et du Tourisme en Wallonie. Ses attributions passées dans la belle province (Pôle économie, Tourisme, Agriculture et Ressources naturelles) lui ont donné une certaine expertise. L’avocat marchois a toujours été attaché à sa province. Benoît Lutgen aussi…