Le SPF économie s’est donc mué en facilitateur entre les composantes de la chaîne «éditeurs, distributeurs (AMP, Tondeur diffusion, Imapresse) et diffuseurs (libraires)» où c’est souvent tendu entre les maillons.

«Nous intervenons pour instaurer de la concertation mais on n’est pas un lieu de règlement de contentieux», explique Jean-Marie Van Den Sande (SPF Économie)

La solution viendra d’où? L’homme qui a mené l’étude, Mahungu Shungu: «Le secteur n’est pas mort et ne va pas mourir, c’est mon sentiment. Mais je crois que le libraire ne doit plus se voir comme un marchand de journaux, mais bien comme un entrepreneur qui doit se diversifier. Mais pour se diversifier, il doit agrandir son espace, ce qui engendre de nouvelles charges…»

Rien n’est simple pour les libraires, surtout indépendants, qui doivent composer avec des variables extérieures sur lesquelles ils n’ont pas de prise: distributeurs, grandes surfaces, évolution du marché.

Nos dernières videos