Bronzés et sapés pour l’occasion

On ne pénètre pas l’antre de Tomorrowland comme celle de Dour. Si pour le second, on peut dégainer son poncho en plastique jaune pour s’abriter des gouttes, à Tomorrowland, on se munira plutôt de bottes pailletées pour danser dans la gadoue.

Habitués des night-clubs, les fans de Tomorrowland mettent en général le paquet pour se faire remarquer un maximum. Bronzés et bodybuildés, les gars sortent les tablettes de chocolats et ne lâchent pas leurs lunettes de soleil (qui servent aussi bien à camoufler les cernes qu’à mater en toute discrétion) tandis que les nanas exhibent leur plastique (plus que) parfaite, leur sourire ultra-bright et se dandinent en micro-robes ou en short et bikini.

Les ongles fraîchement laqués, le regard souligné, la bouche glossée: pas question d’arriver négligées. Le public de Tomorrowland aborde son festival comme une sortie en boîte de nuit. Les codes habituels sont complètement bousculés, on est avant tout là pour faire la fête, la musique restant un prétexte pour danser.