FOOTBALL

Les Pays-Bas enfoncent le Brésil pour la 3e place du Mondial (0-3)

Désireux de prendre leur revanche devant leur public après l'humiliation subie contre l'Allemagne en demi-finale (1-7), les Brésiliens ont pris une nouvelle gifle en petite finale de leur Coupe du monde en étant battus par les Pays-Bas (0-3).

Le coeur n'y était plus pour les quintuples champions du monde qui visaient le sacre suprême sur leurs terres.
 
Finalistes en 2010, les Oranje de Louis van Gaal en voulaient sans doute un peu plus dans ce rendez-vous où la motivation est toujours très difficile à trouver. Triples finalistes (1974, 1978 et 2010), les Bataves quittent le tournoi sans avoir connu la défaite.
 
Etrillée en demi-finales, la Seleçao ne s'est jamais vraiment montrée dangereuse face aux Pays-Bas, qui restaient sur une cruelle désillusion devant l'Argentine, qualifiée pour la finale aux tirs aux buts (0-0, 4 t.a.b. 2).
 
Malgré six changements, dont le retour de suspension de son capitaine Thiago Silva et la titularisation de Jo en attaque à la place de Fred, la Seleçao n'a guère trouvé plus de solutions qu'avant.
 
Après un peu plus d'un quart d'heure, le Brésil, sans défense ou presque et sans grande conviction devant, était menée 2 à 0.
 
Des Brésiliens transparents
 
Dès la 2e minute, Robben était accroché par Thiago Silva à la limite de la surface. L'arbitre algérien Djamale Haimoudi n'hésitait pas: il désignait le point de penalty et donnait un carton jaune au capitaine brésilien. Van Persie se présentait et trompait Julio Cesar (3).
 
Puis, un centre de De Guzman, remplaçant de dernière minute de Sneijder blessé à l'échauffement, était renvoyé en catastrophe par David Luiz vers Blind, étrangement seul, qui trompait d'un tir dans la lucarne le portier auriverde (17).
 
Les Auriverde tentaient bien de se porter à l'attaque mais de façon désordonnée et peu percutante pour tromper de solides Néerlandais. Leur gardien Cillessen n'était guère mis à contribution hormis sur de rares tirs cadrés peu appuyés.
 
Cette finale de consolation, dont l'intérêt est régulièrement remis en cause, sombrait dans l'ennui et l'à-peu près, les deux équipes semblant avoir hâte d'en finir. Et puis Wijnaldum enfonçait le clou dans le temps additionnel (90+1) d'une reprise à bout portant.
 
L'histoire - surtout les statisticiens - retiendra que pour la première fois les Pays-Bas terminent 3e d'un Mondial et que le Brésil hérite de la 4e place pour la deuxième fois après 1974.