LES ARDENTES

Les photos du jeudi des Ardentes

Shaka PonkJérôme Heymans

Shaka Ponk, Mobb Deep, Wiz Khalifa, Schoolboy Q, Naughty Boy, Valerie June, La Pegatina, Cats on Trees… et le tonitruant public liégeois: voici nos photos de la première journée des Ardentes 2014.

C'est une programmation essentiellement urbaine qui caractérisait cette première journée des Ardentes. Une marque de fabrique que les organisateurs du festival ont consolidée cette année, avec la présence de quelques ténors de l'univers hip-hop, mais aussi d'artistes un peu moins connus venus d'outre-Atlantique. C'est ainsi qu'Isaiah Rashad a déversé son rap US en milieu d'après-midi dans la HF6, permettant au public liégeois de se réveiller progressivement. Plus tard dans la soirée, c'est le très dynamique Schoolboy Q qui en faisait de même en ravissant un public en forme. 

Sur la scène Open Air, après les locaux de Old Jazzy Beat Mastazz et le groupe français The Inspector Cluzo, le réveil s'est  opéré avec le reggae de Naâman en fin d'après-midi, puis la musique festive et enjouée des Espagnols de La Pegatina, qui n'était pas sans rappeler l'univers d'une certaine Mano Negra (en moins bon hein).

En début de soirée, Cats on Trees (c'est joli visuellement) et Valerie June ont apporté un peu de douceur depuis la scène HF6, sans véritablement soulever les foules, mais en satisfaisant un public plus familial ou demandeur d'un registre pop-rock et soul. Les années se suivent et se ressemblent: on regrette l'acoustique inappopriée des halles de foires, qui n'offrent décidement pas un grand confort d'écoute.

"La la la"

L'Américain Naughty Boy, auteur du tube actuel "La la la", grimpait avec son band sur la scène Open Air peu avant 20 heures. Une partie du public n'aura peut-être pas compris que c'était lui, le timide caché derrière ses machines, l'artiste vedette. Il faut dire que la choriste en avant-scène abattait une énorme part du boulot pour enflammer le public, à l'aide d'une voix électrifiante et de quelques reprises ("Rollin' in the Deep" d'Adele, "One Love" de Bob Marley ou encore "Get Lucky" de Daft Punk). Il aura fallu attendre la toute fin du set pour entendre LE single du groupe. On retiendra notamment la prestation des musiciens, principalement de ce batteur au groove qui vous fait vibrer et qu'on aurait écouté (et regardé) jouer pendant des heures.

L'une des têtes d'affiche de cette première soirée n'était autre que le petit prince du hip-hop US, Wiz Khalifa. Le gars de 26 ans, avec son air presque réservé, a proposé un set soigné, a démontré qu'il savait chanter, au cours d'une longue montée en puissance d'une heure. Il n'est pas le champion du soulèvement de foules, mais en alignant les tubes, ça fonctionne.

Shaka Ponk, sous la pluie

Peu avant minuit, c'était au tout des Français de Shaka Ponk de s'emparer de l'Open Air, déclanchant une petite frénésie parmi les fans. Après des prestations relevant d'une certaine authenticité (Schoolboy Q, Wiz Khalifa), le passage de Shaka Ponk s'apparentait plutôt à du gros entertainment bruyant et spectaculaire: des grimaces, des costumes, des cris, du gros décor et une énergie débordante.  Les chanteurs Frah et Samaha Sam et toute leur bande ont  en tout cas eu le mérite de poursuivre leur set jusqu'au bout, alors que des éclairs illumainaient les cieux et qu'une pluie diluvienne s'abattait sur le site durant quasi toute la seconde moitié de la prestation. Les fans et ceux à qui la flotte ne fait pas peur sont restés, Shaka Ponk leur a fait honneur.