WAVRE

Objets perdus à Walibi : « Vous n’avez pas trouvé ma jambe ? »

Objets perdus à Walibi : « Vous n’avez pas trouvé ma jambe ? »

Plusieurs centaines d’objets sont perdus dans le parc. Certains sont bien plus insolites qu’un sac à dos. eda E. H.

Une prothèse de jambe, un œil, une carte de police, un diamant… On peut en perdre des choses insolites, dans un parc d’attractions.

S’intéresser aux objets perdus du parc d’attractions Walibi, c’est pénétrer au cœur d’une foule d’anecdotes cocasses.

Au cours de la saison d’été, le parc wavrien accueille en moyenne 8 à 10 000 visiteurs par jour. Et jusqu’à 15 000 lors des plus grosses journées! Du portefeuille à la boîte à tartines, le sac à dos ou le parapluie… tous les jours, plusieurs objets sont rapportés par les agents de gardiennage au point d’accueil.

La plupart retrouvent généralement leur propriétaire. Certains ont plutôt intérêt à ne pas traîner… L’objet le plus insolite? Une prothèse de jambe. «La personne était au Vampire. Et à l’arrivée, elle nous a dit “J’ai perdu ma jambe”». Des souvenirs de ce type, le directeur, Dominique Fallon, et Benoît Gustin, en charge de la communication du parc, en détiennent une série. On peut perdre sa jambe mais aussi un œil… Un visiteur avait perdu sa prothèse oculaire. Comprenez qu’on parle d’un œil de verre. «Après une semaine, les jardiniers l’ont retrouvée.»

Lorsqu’on connaît la valeur d’une poussette pour enfants, mais aussi son utilité dans un parc de cette taille, on peut s’étonner que toutes les pertes de ce type ne soient pas réclamées. On peut donc perdre sa poussette mais aussi son enfant! «Les enfants perdus, par chance, les gens les réclament plus vite.» Mais pas toujours… «Le parc allait fermer. Tout le monde était parti et il y avait un bébé de 2 ans près de la grille. On s’attendait à voir les parents arriver dans les dix minutes.» Mais il a fallu attendre 22hpour que les parents se manifestent! «Ils retournaient près de Paris. Les gens étaient venus avec deux voitures et ils pensaient que l’enfant était dans l’autre.» Vous imaginez la frayeur vécue lors de l’arrivée à leur domicile. «Ils sont finalement venus rechercher leur enfant vers minuit!»

De manière générale les agents de gardiennage sont briefés sur la procédure. Dès qu’ils remarquent un enfant seul qui pleure, «la règle est de le ramener au bureau d’information.»

Une future mariée peut aussi remercier la perspicacité du personnel du parc. Après une baignade, quelques glisses et toboggans tumultueux à Aqualibi, la jeune femme signalait, catastrophée, la perte du diamant de sa bague de fiançailles. La pierre s’était dessertie et risquait fort de ne jamais retrouver sa propriétaire. «Tous les matins, les maîtres nageurs effectuent un contrôle du fond de la piscine au moyen d’un tuba. Ils ont eu l’œil attiré par quelque chose qui brillait…» C’était le diamant!

Et puis, un policier français a certainement évité un blâme après avoir perdu sa plaque officielle d’identification. «Dans l’heure, il était de retour au parc. Je n’ai jamais vu quelqu’un qui venait rechercher un objet aussi vite…»