SOCIÉTÉ

La princesse Astrid en terrain mozambicain miné

La princesse Astrid en terrain mozambicain miné

La princesse Astrid a rencontré des victimes des mines et des activistes de Handicap International.

Engagée de longue date dans la lutte contre les mines antipersonnelles, la princesse Astrid, envoyée spéciale de la Convention d’Ottawa, a participé aux quatre journées de la conférence des États parties au traité d’Ottawa, qui s’est déroulée au Mozambique cette semaine.

Ce vendredi, elle s’est aussi rendue dans les bureaux de Handicap International à Maputo, où elle a pu rencontrer l’équipe et une victime de mines. Elle y a délivré un hommage appuyé à l’ONG: «les équipes de Handicap International réalisent un travail formidable sur le terrain pour déminer les zones contaminées et aider les victimes de ces armes. Grâce à Handicap International, vivre un jour sur une terre sans mines n’est plus une utopie mais devient une réalité», a-t-elle souligné.

Tous les cinq ans, le Secrétaire général des Nations Unies fait l’inventaire des succès obtenus et des leçons à tirer pour établir un nouveau plan quinquennal de déminage, et de destruction des stocks, auquel tous les États signataires doivent se plier.

Le Mozambique, pays hôte de cette conférence, ravagé par 25 ans de guerre d’indépendance (1965-1975) et de guerre civile (1977-1992), est l’un des plus minés au monde, avec l’Angola, l’Afghanistan et le Cambodge.