MONDIAL 2014 -

17 journalistes agressés lors des manifestations anti-Mondial

17 journalistes agressés lors des manifestations anti-Mondial

Les journalistes couvraient des manifestations contre le coût du Mondial à Sao Paulo, Belo Horizonte, Rio de Janeiro et Porto Alegre, selon la SIP. AFP

La Société Interaméricaine de Presse a dénoncé jeudi l’agression de 17 journalistes couvrant les manifestations anti-Mondial au Brésil, depuis le début du tournoi il y a une semaine, et demandé aux autorités d’enquêter.

Les journalistes ont été attaqués «dans la majorité des cas par des forces de sécurité», a affirmé dans un communiqué l’Uruguayen Claudio Paolillo, chargé de défendre la liberté d’expression au sein de la SIP, dont le siège se trouve à Miami.

Les agressions se sont produites entre le 12 juin, date du coup d’envoi de la Coupe du monde, et le 18 de ce mois, tandis que les journalistes couvraient des manifestations contre le coût du Mondial à Sao Paulo, Belo Horizonte, Rio de Janeiro et Porto Alegre, selon la SIP.

«Malgré les différentes mesures adoptées par les organes de presse pour garantir la sécurité des journalistes et les déclarations officielles qui reconnaissent le principe de non-violence contre la presse, nous regrettons ces agressions qui continuent de se produire», s’est plaint Paolillo.

Le SIP a demandé «aux autorités d’enquêter et de faire preuve de vigilance face à ces actes de violence qui affectent le droit des citoyens d’être informés».

Parmi les journalistes visés figurent des envoyés spéciaux de la chaîne américaine CNN, des agences Associated Press et Reuters, et des journalistes indépendants.