JUDICIAIRE -

MACtac : 2 ans ferme pour un des agresseurs

MACtac : 2 ans ferme pour un des agresseurs

L’arrestation immédiate d’un des ouvriers a été demandée par le tribunal. Belga

Le tribunal correctionnel de Mons a rendu son jugement, ce mardi, quant à l’affaire de harcèlement et de traitements dégradants à l’encontre de deux ouvriers de la société MACtac, basée à Soignies. Un des ouvriers MACTac a écopé de deux ans de prison.

Le tribunal correctionnel de Mons a rendu son jugement, ce mardi, quant à l’affaire de harcèlement et de traitements dégradants à l’encontre de deux ouvriers de la société MACtac, basée à Soignies. Daniel Mignon et Michel Claessens avaient subi une série de sévices commis par une dizaine de leurs collègues dans les années 2000.

Le procès des onze prévenus, dont quatre ont comparu pour coups et blessures et sept autres, parmi lesquels la société MACtac, comparaissaient pour abstention coupable et non-assistance à personne en danger, s’est étalé en sept audiences d’avril à juin.

Tous ont plaidé en faveur de la prescription des faits à titre principal et pour l’acquittement, à titre secondaire.

Arrestation immédiate

Un des deux ouvriers écope de deux ans ferme pour des faits à l’encontre de Michel Claessens en juin 2007. Le parquet a requis son arrestation immédiate. Son complice bénéficie d’une simple déclaration de culpabilité. Ce sont les peines les plus lourdes qui ont été prononcées.

En effet, la plupart des faits ont été prescrits. Pour Daniel Mignon, deux de ses ex-collègues bénéficient d’une simple déclaration de culpabilité.

En ce qui concerne les responsabilités de l’entreprise, la société a été condamnée au civil (pas au pénal) à verser 8000 euros d’indemnités à Daniel Mignon. Les dirigeants n’ont pas été condamnés.


Nos dernières videos