ÉCONOMIE -

Raté dans l’interview formatée du CEO de Delhaize

Raté dans l’interview formatée du CEO de Delhaize

Quand le CEO de Delhaize bugge devant la caméra

C’était hier devant la caméra d’RTL. Denis Knoops, CEO de Delhaize, est invité à s’expliquer au micro de Loïc Parmentier. Au début, tout va bien, les réponses très lissées et politiquement correctes sont formulées. Puis le blocage, grain de sable dans les rouages d’une communication qui se doivent d’être bien huilés.

C’est un regard perdu que lance le CEO de Delhaize au journaliste, puis il se tourne vers sa responsable de com. Ce moment se déroule plus ou moins une minute après le début de la vidéo que nous partageons ici. C’est un raté, un bug, qui témoigne de l’extrême formatage qui encadre une telle communication.

Le discours doit être pesé au mot près, il est à ressortir en toutes circonstances surtout devant les caméras de télévision. Pourquoi? Plusieurs raisons à cela.

1. Tout d’abord, Delhaize est une société cotée en bourse. Cela n’influence pas seulement l’agenda de la communication (ouverture de la bourse etc.), mais aussi le fond. Il s’agit de rassurer les actionnaires, de montrer qu’on prend les mesures nécessaires pour conforter l’entreprise. C’est paradoxal et cynique, mais une telle restructuration «bien présentée», peut vous booster le cours d’une action.

2. Ensuite, Delhaize rentre dans une procédure de type Renault où les procédures et le vocabulaire sont aussi terriblement surveillés. Un mot pour un autre, une mauvaise argumentation peut vite donner du grain à moudre aux partenaires sociaux.

Bref le discours est cadenassé et laisse peu de place à l’improvisation. D’où cet instant de panique et d’hébétude dans les yeux du CEO de Delhaize, hier, devant les caméras de RTL Tvi. On notera au passage la bonne réaction du journaliste qui refuse de couper la caméra sous la sollicitation de la responsable de com’: «Heu non, on va pas arrêter». Bon réflexe, ce moment-là en dit long.