RESTRUCTURATION CHEZ DELHAIZE -

Delhaize: des mesures « extrêmes » qui plairont aux actionnaires

Delhaize: des mesures « extrêmes » qui plairont aux actionnaires

Le groupe paierait aujourd’hui le prix du choix stratégique posé il y a un an, quand il a décidé de privilégier la valeur ajoutée à la bataille des prix. © Reporters Press Agency M.Gouv

En travaillant sur ses coûts tout en continuant à investir, Delhaize a présenté mercredi matin des «mesures extrêmes» que les «actionnaires adorent», a analysé Pierre-Alexandre Billiet, professeur à la Solvay Business School et administrateur délégué de Gondola, la plate-forme du secteur de la distribution.

+ 2.500 emplois et 14 magasins Delhaize menacés

La direction de Delhaize Belgique a fait part, mercredi matin lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, de sa volonté de mener un «plan de transformation» qui pourrait avoir un impact sur 2.500 emplois alors que 14 magasins «non-rentables» ne seraient plus exploités en gestion propre.

«Ce sont des mesures radicales mais qui devaient être prises maintenant car les résultats s’assombrissent clairement, avec une marge bénéficiaire de 3,2%», ce qui est insuffisant alors que le groupe s’est retiré de différents pays pour se concentrer sur d’autres, dont la Belgique. «Dans ce contexte, cette marge n’est pas acceptable. En se retirant de plusieurs marchés, Delhaize se doit d’avoir une marge maximale où il est encore présent», a poursuivi Pierre-Alexandre Billiet.

Selon ce dernier, le groupe paie aujourd’hui le prix du choix stratégique posé il y a un an, quand il a décidé de privilégier la valeur ajoutée à la bataille des prix. «Delhaize s’est alors tourné vers des valeurs ancestrales, en lançant notamment une pâte à tartiner sans huile de palme, des pêches bio,... Le groupe a voulu se différencier et créer de la valeur ajoutée plutôt que de se lancer sur le terrain de la guerre des prix, déjà occupé par les autres distributeurs», dont Albert Heijn en Flandre ou Colruyt dans l’ensemble du pays qui, lui, «a la possibilité d’adapter ses prix localement», ce que Delhaize peine à faire.

«Les mesures annoncées ce mercredi sont le résultat d’un choix stratégique que Delhaize ne peut plus assumer» même si question prix, à produits comparables, la société est compétitive. «Le ‘gap’, à produits comparables, n’est que de 3% mais c’est sur la perception des prix par les clients que l’entreprise doit désormais travailler tout en réduisant ses coûts et en créant de la valeur ajoutée», a encore expliqué M. Billiet selon qui tous les distributeurs sont actuellement confrontés à une situation difficile. «Leur croissance organique est assez faible, de l’ordre de 2,5 à 2,7%, inflation comprise. Ceux qui échapperont au plan de restructuration sont ceux qui maîtriseront leurs coûts et leurs revenus», a-t-il conclu.

Delhaize, lui, a tranché dans le vif, mettant en péril quelque 2.500 emplois, au grand désespoir des syndicats. A la Bourse de Bruxelles, l’action prenait par contre 1%, mercredi peu avant midi.

Nos dernières videos