RESTRUCTURATION CHEZ DELHAIZE -

Delhaize : les syndicats scandalisés après l’annonce des licenciements

Delhaize : les syndicats scandalisés après l’annonce des licenciements

«Delhaize est une entreprise rentable qui dit ne pas résister à la concurrence mais aucun mot n’a été prononcé sur la stratégie commerciale», s’est indigné la vice-présidente du SETCa. BELGA

Les syndicats se sont dits scandalisés mercredi matin après l’annonce par le groupe de Delhaize de son intention de supprimer 2 500 emplois.

+ 2 500 emplois et 14 magasins Delhaize menacés

«Nous avons vécu un conseil d’entreprise expéditif et méprisant pour le personnel et ses représentants.» Myriam Delmée est sous le choc de l’annonce de la suppression de 2500 emplois au sein du groupe Delhaize Belgique ainsi que de la fermeture de 14 magasins. Mais la vice-présidente du SETCa est aussi très en colère sur la direction et la manière dont les choses se sont faites ce matin.

«Ils nous prennent pour des terroristes!»

«Ils n’avaient qu’une chose en tête: en terminer au plus vite pour que l’annonce soit faite avant l’ouverture de la bourse. Ils nous ont annoncé cela puis nous ont souhaité… une bonne journée!, s’énerve la syndicaliste. À la sortie, tous les membres de la direction étaient encadrés par des gardes du corps! Comme si on allait s’en prendre à eux?! Ils nous prennent pour des terroristes en plus!»

Pour les représentants syndicaux, les pistes de restructuration présentées par la direction sont «imbuvables».

D’autant que, ont rappelé les syndicats, le personnel a déjà fait d’importants sacrifices ces dernières années. Notamment sur la productivité.

Or, ceux qui resteront devront encore en faire puisque les pertes d’emplois ne concerneront pas que les 14 magasins dont la fermeture a été annoncée.

Tous les magasins Delhaize en Belgique affectés

Si l’abandon des 14 magasins entraînera la suppression de 800 à 1000 emplois, tous les magasins du groupe Delhaize en Belgique seront affectés par des pertes d’emplois. En moyenne, plus de dix emplois perdus dans chacun des 120 magasins qui seront conservés dans le groupe Delhaize.

«Pour certains magasins, cela représente 20% des effectifs», dit Myriam Delmée, vice-présidente du SETCa.

«Les services centraux à Bruxelles seront également touchés», précise Delphine Latawiec, secrétaire permanente CNE.

La direction veut aussi s’attaquer aux salaires

Mais pour la direction, la casse sociale annoncée ne suffira pas. La direction veut également réduire les coûts salariaux.

«Ils veulent s’attaquer au quart d’heure de pause qui est payé, dit Myriam Delmée. Ils estiment que c’est un facteur de concurrence salariale. De la même manière, ils veulent revoir le système des annales barémiques! Ils annoncent tout cela en se disant qu’après avoir négocié il en restera bien suffisamment. C’est une technique de marchands de tapis!»

Des actions? «Tout est possible»

La suite? «Rien n’est prévu par la direction, note la vice-présidente du SETCa. On nous a juste demandé de bien vouloir négocier une diminution des coûts et des structures plus light.» Imbuvable donc. D’autant que Delhaize reste un groupe rentable, dit Myriam Delmée. «On n’est pas du tout dans la situation de Carrefour lorsqu’il y a eu une restructuration.»

«Je n’ai pas de solution sur le plan commercial. Mais le plan social n’est pas possible, pas tolérable. C’est un bain de sang social. Certains ont travaillé toute leur vie chez Delhaize et ont construit l’entreprise», ajoute Delphine Latawiec.

La suite? Des assemblées générales auront lieu aujourd’hui dans chaque magasin afin d’informer le personnel. Des grèves ou autres actions sont-elles à prévoir? Vu la violence de l’annonce, «tout est possible», dit-on côté syndical.

La direction entend, elle, mettre son plan de licenciement en route dès le 1er trimestre 2015. Il s’étalera alors sur trois ans. Quant à la fermeture des magasins, aucun timing n’est annoncé.

Il est probable que la plupart seront mis à disposition pour passer sous franchise. «Mais là aussi, cela se ferait avec des pertes d’emplois de toute façon», dit-on au SETCa.

Nos dernières videos