-

Le ballon sous très haute surveillance

Les douze stades du Mondial seront équipés de la technologie vidéo Goal-Control 4-D, qui doit permettre de savoir en temps réel si un ballon a franchi ou pas la ligne de but.

Le système, conçu par une entreprise allemande, fonctionne à l’aide 14 caméras à grande vitesse (500 images par seconde), sept pour chaque but. L’une est placée exactement derrière le but. Les six autres de part et d’autre de la cage, pour former un éventail jusqu’à la ligne médiane du terrain, et assurer une surveillance parfaite du cuir.

Selon la FIFA, «la position du ballon est continuellement et automatiquement enregistrée en trois dimensions, dès qu’il arrive à proximité de la ligne de but. Si le ballon franchit complètement la ligne de but, l’unité centrale de traitement des données envoie en moins d’une seconde un signal visuel (NDLR: et une vibration) à la montre-récepteur de l’arbitre. L’arbitre garde cependant le dernier mot pour valider ou non le but».

Pour la FIFA et les concepteurs du système, ce délai très rapide pour envoyer le signal doit permettre d’éviter que le jeu soit arrêté ou perturbé.

Le système, entièrement automatique, est censé fonctionner sans technicien dédié et les arbitres seront les seuls à recevoir le signal. Il a été testé à plusieurs reprises en conditions réelles, lors des Mondiaux des clubs 2012 et 2013, ainsi que lors de la Coupe des Confédérations 2013 au Brésil.

L’UEFA, de son côté, privilégie l’arbitrage à cinq pour toutes les compétitions européennes de clubs et de sélections. La technologie développée par GoalControl a été préférée en avril 2013 à celle de trois concurrents: Cairos GLT System, GoalRef et Hawk-Eye. Ce dernier a en revanche été choisi par la Premier League, le championnat anglais, qui l’a mis en œuvre cette saison.

Nos dernières videos