CYCLISME

Arndt surprend les « vrais » sprinters au Dauphiné

Arndt surprend les « vrais » sprinters au Dauphiné

Chris Boeckmans, à gauche, a échoué de peu au sprint face au jeune Allemand Nikias Arndt. BELGAIMAGE

C’est un tout jeune Allemand, Nikias Arndt, 22 ans, qui s’est imposé hier au sprint au Teil, de peu devant Chris Boeckmans.

Le peloton du Dauphiné a affronté la grosse chaleur, hier, dans la 3e étape enlevée au sprint par le jeune allemand Nikias Arndt. Au Teil, une petite ville plantée sur la rive droite du Rhône, la hiérarchie, toujours menée par Chris Froome, est restée en l’état. Sauf pour les sprinters, qui ont dû négocier un final quelque peu acrobatique avant la ligne droite finale.

À ce jeu, le favori logique, Arnaud Démare (8e ), n’a pu conclure. Il a perdu la roue de ses coéquipiers à l’approche de la flamme rouge du dernier kilomètre: «ça ne roulait pas assez vite, le peloton n’était pas en file».

« On est revenu trop vite sur les échappés», a regretté aussi l’ex-champion du monde espoirs à propos de la jonction sur le trio (Kadri, Berhane, Benedetti) en tête sur 171 km.

Dans la ligne droite d’arrivée, Démare s’est retrouvé enfermé. Arndt, un jeune coureur de 22 ans qui travaille le plus souvent pour ses chefs de file du sprint (Kittel, Degenkolb), a saisi la chance qui se présentait. À l’arrivée, l’Allemand, passé professionnel l’an passé, a précédé notre compatriote Kris Boeckmans, battu de peu, et… son coéquipier sud-africain Reinardt Janse van Rensburg. Comme une nouvelle preuve que ce sprint était décidément à part.

Froome: asthme et inhalateur

Dans cette étape de transition bouclée à la moyenne très raisonnable de 35,56 km/h, les candidats au maillot jaune sont restés, au chaud, dans le peloton. «J’aime la chaleur, je me sens bien mieux quand il fait très chaud, il faut surtout songer à bien s’hydrater», a déclaré Froome, questionné sur l’image de l’étape précédente commentée sur les réseaux sociaux, quand il a utilisé un inhalateur sous l’objectif des caméras de télévision.

« J’ai un inhalateur depuis l’enfance, j’ai de l’asthme , a expliqué le vainqueur du dernier Tour de France. C’est autorisé. Je n’ai pas besoin d’une AUT (autorisation d’usage thérapeutique) . J’ai fait des tests, il suffit de me voir après l’effort quand je tousse à l’arrivée . Je sais que c’est lié à l’histoire de ce sport mais je suis assez surpris que l’on en parle . »

Ce mercredi, la 4e étape relie Montélimar à Gap sur un parcours sélectif de 167,5 km. Avec, dans les 20 derniers km, le col de Manse que Contador avait utilisé en 2011 pour enflammer, sous la… pluie, le final d’une étape du Tour arrivant aussi à Gap.

Nos dernières videos