DOCU

Dans les cuisines du « compromis »

Dans les cuisines du « compromis »

Antoinette Spaak est une des invitées d’un documentaire qui tente d’expliquer le compromis à la belge. Luna Blue Films

C’est quoi «le compromis à la belge»?Pourquoi ça marche (enfin jusqu’à présent)? «Oui mais non» essaie de comprendre.

«La Belgique est le seul pays, avec la Corée du Nord, où il n’y a pas d’opposition! Tout le monde se tient par la barbichette…» Ces propos quelque peu provocateurs, c’est le journaliste français Jean Quatremer qui les ose! Il est avec de nombreuses autres personnalités politiques, médiatiques ou universitaires, un des invités du documentaire Oui mais non réalisé par Marie Mady. On y suit un petit chien bâtard, un «zinneke», dans une curieuse quête, celle de la compréhension du fonctionnement du compromis à la belge.

«Ce documentaire, confie Marie Mady est d’abord réalisé pour Arte et il veut poser sur notre pays et son système politique un regard un peu décalé qui est aussi celui de l’étranger.» Sa projection, ce soir, se fera d’ailleurs après un débat consacré aux élections européennes. «Les étrangers ne savent vraiment pas ce que c’est que le compromis. Or c’est un concept très intéressant qui pourrait inspirer d’autres pays…»

Le «zinneke» canin de Marie Mady s’en va flairer les pieds des uns et des autres, dans les couloirs du Parlement et ailleurs. Sur ses traces on retrouve quelques hauts faits de l’histoire belge. Affaire de mieux comprendre la cuisine de ce compromis. Comme par exemple, suite à la loi sur l’avortement, la fameuse impossibilité de régner du roi Baudouin, en avril 1990. «Qu’on ait pu imaginer ça, c’est déjà hallucinant», s’exclame encore Jean Quatremer. D’autant que le lendemain, tout rentrait dans l’ordre, sous l’œil impassible du bon peuple belge!

Pour autant ce modèle peut-il indéfiniment fonctionner? C’est sans doute une des questions cruciales des négociations qui s’engagent…

Arte, 23.05; La Une mercredi 28 mai à 22.20; La Trois le 1er juin à 23.20

Nos dernières videos