Bruxelles: fusillade mortelle au Musée Juif, un couple d’Israéliens parmi les victimes

EdA Mathieu GOLINVAUX

Des coups de feu ont été tirés dans le quartier du Sablon, à Bruxelles. Les faits se sont produits au Musée Juif. Plusieurs personnes ont perdu la vie.

 

MISE A JOUR (dimanche à 06h00) - Deux des victimes de l’attaque contre le Musée juif de Bruxelles sont des Israéliens, a annoncé dimanche le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères. La quatrième victime est toujours dans un état extrêmement critique, a précisé le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur.
MISE A JOUR (samedi à 22h16) - Le suspect arrêté plus tôt dans la soirée est passé sous statut de témoin, a annoncé le parquet de Bruxelles. Un suspect en voiture a été interpellé plus tôt en fin d'après-midi, sur base des témoignages. Une seconde piste fait état d'une personne qui a pris la fuite à pied. Le parquet indique par ailleurs qu'il ne communiquera plus au sujet de cette fusillade avant ce dimanche 11h.

 

Une fusillade a éclaté à Bruxelles, ce samedi peu avant 16h. Les coups de feu ont été tirés dans le quartier du Sablon, au sein du Musée Juif de Belgique. Trois personnes sont décédées et une autre a été grièvement blessée, selon le porte-parole des pompiers de Bruxelles Pierre Meys. 

« Un couple d’Israéliens d’une cinquantaine d’années habitant Tel Aviv qui faisait du tourisme fait partie des victimes », a déclaré le porte-parole Yigal Palmor, sans être en mesure de préciser leur identité. Selon le Musée juif de Belgique, le tueur a également tiré sur le préposé à l’accueil et sur une bénévole, présente sur les lieux.

L'auteur des coups de feu a pris la fuite à bord d'un véhicule. La police disposait d'éléments à propos de sa plaque d'immatriculation, un témoin ayant pu relever le numéro. Un suspect a été arrêté et entendu, avant d'être placé sous le statut de témoin.

Tout le quartier a été bouclé. Les sites juifs ont été placés dans tout le pays en niveau de menace maximale. 

Parmi les premières réactions... Joëlle Milquet, la ministre de l'Intérieur, a indiqué qu'il était encore "trop tôt pour dire si c'est un acte terroriste visant la communauté juive". Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères présent au Sablon au moment des faits, ne pouvait s'empêcher "de penser à un acte antisémite vu le mode opératoire".

La quatrième victime entre la vie et la mort

Les trois victimes sont un homme et deux femmes. Une quatrième personne se trouve entre la vie et la mort.

"A l'entrée du Musée Juif de Belgique gisaient deux personnes qui avaient été abattues. Des témoins ont raconté que l'auteur de la fusillade était entré dans le bâtiment, qu'il y avait ouvert le feu là aussi et puis qu'il avait pris la fuite en voiture," a indiqué le porte-parole de Reynders.

Dimanche matin, la quatrième victime, hospitalisée au service des soins intensifs de l'hôpital Saint-Pierre à Bruxelles, se trouve toujours dans un état qualifié de "critique". Elle sera réexaminée dans le courant de la matinée par un neurochirurgien.

Douze personnes gravement choquées ont été prises en charge par les services d'assistance.

"Cela devait hélas arriver..."

Interrogé par l'AFP, le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA) a estimé qu'il s'agissait d'un "un acte terroriste". "(...) L'assassin est entré délibérément dans un musée juif", a déclaré Joël Rubinfeld. "Il a tué trois personnes, en a blessé une, une voiture l'attendait à proximité... Cela devait hélas arriver, il y a eu une libération de la parole antisémite. C'est le résultat inévitable d'un climat qui distille la haine", a estimé le président de la LBCA.