Jean-Charles Luperto n’affirme pas clairement ses ambitions ministérielles. Il les sous-entend. En citant par exemple le cas de son président de parti «qui n’est pas moins montois aujourd’hui qu’hier».