HAINAUT -

Les travailleurs d’AGC Roux manifestent à Gosselies

AGC a annoncé en février son intention de fermer le siège de Roux, essentiellement producteur de verre solaire à destination du photovoltaïque, ce qui entraînait la perte de 190 emplois. Belga

Hier la direction d’AGC Roux décidait de mettre fin à la phase 1 de la Loi Renault. La réaction des travailleurs n’a pas tardée, ils sont descendus dans la rue ce matin.

Les travailleurs d’AGC Roux sont descendus dans la rue, mercredi, après l’assemblée générale qui leur a confirmé la rupture unilatérale des négociations dans le cadre de la loi Renault, annoncée la veille par la direction.

Cette décision a été annoncée pendant le conseil d’entreprise extraordinaire prévu par la phase 1 de la loi Renault.

Pas crédible le rapport Syndex selon la direction

Fin avril, dans le cadre de la procédure Renault, le front commun syndical avait présenté un rapport établi par la société française d’expertise Syndex. Il concluait au possible maintien d’une partie des activités de Roux, qui seraient réorientées. Le verre imprimé, actuellement secondaire, deviendrait la production principale, compatible avec le four en place, et avec de meilleurs débouchés. Le rapport Syndex prévoyait aussi un investissement de 4 millions d’euros via un partenariat public-privé avec la Région wallonne.

Mais il y a quelques jours, la direction avait estimé que le rapport Syndex n’était pas crédible. D’autre part, selon la direction, cette analyse se heurtait à la réalité du marché et notamment à un contexte de surcapacité.

Cette hypothèse aurait permis le maintien de 60 à 90 travailleurs sur le site.

La décision de fermeture, annoncée en février, signifierait la perte des 190 emplois.

Des embarras aussi au TEC

Aussitôt après l’assemblée de mercredi matin, les travailleurs ont quitté le siège et sont allés manifester en bloquant le rond-point de Gosselies menant à Courcelles, au pied de l’A54.


Nos dernières videos
-->