À première vue ou plutôt lecture, le scénario de 9 mois ferme semble complètement impossible… Qui croira une seconde en une histoire aussi tirée par les cheveux?

À tout juste quarante ans, une très compétente juge d’instruction, Ariane Felder, découvre qu’elle est enceinte. De qui? Impossible pour elle de le dire. Non pas qu’elle ait des mœurs particulièrement débridées. C’est plutôt l’inverse. Célibataire, elle est du genre à fuir les hommes et même à les mépriser quelque peu…

Mais le bébé est bien là et une recherche en paternité lui fait découvrir une bien étrange réalité. Le père n’est autre qu’un dangereux délinquant, récidiviste et «globophage», il a, en effet, mangé les yeux de sa dernière victime!

On vous l’affirmait, dit comme ça, on rigole. Et pourtant 9 mois ferme est une excellente comédie. On se laisse entraîner dans cette folie un peu douce où Sandrine Kiberlain et Albert Dupontel (qui réalise aussi le film) sont tout simplement excellents.

Mais la force de ce film c’est aussi son second degré. Il est truffé de scènes hilarantes et parfois grand-guignolesques, comme chez le médecin légiste par exemple. Un humour absurde qu’on trouve peu souvent dans des comédies françaises. Et puis, il y a ces artistes qui ont accepté d’y figurer, en donnant le meilleur, parfois pour quelques plans seulement. On pense à Bouli Lanners, Jean Dujardin et bien d’autres… Côté bonus, on se contentera d’un making of. Mais qui prouve que sur le tournage, la bonne humeur était aussi au programme!

Lumière

Nos dernières videos