Assassinat de Jennifer Lechanteur: Jean-Marc Caron est condamné à 29 ans de prison

Assassinat de Jennifer Lechanteur:  Jean-Marc Caron est condamné à 29 ans de prison

Jean-Marc Caron avait tué son ex-compagne Jennifer Lechanteur le 24 juillet 2012 à Flémalle.

Jean-Marc Caron, un Sérésien âgé de 30 ans, a été condamné lundi en début de soirée à une peine de 29 ans de prison par la cour d'assises de Liège. Il avait été reconnu coupable de l'assassinat de Jennifer Lechanteur, son ex-compagne âgée de 26 ans.

Jean-Marc Caron avait tué Jennifer Lechanteur le 24 juillet 2012 vers 9h rue des Tilleuls à Flémalle. La victime âgée de 26 ans avait été frappée de sept coups de couteau, dont un au thorax qui lui a été fatal.

L'accusé n'avait pas supporté le contexte de sa séparation avec Jennifer Lechanteur. Le couple avait déjà été opposé à de nombreux conflits, lors desquels Jean-Marc Caron avait proféré des menaces de mort à l'égard de la victime. La garde des enfants semblait être le sujet principal de discorde entre les deux anciens compagnons.

Le jour des faits, Jean-Marc Caron s'était muni d'un couteau de boucher pour se rendre chez Jennifer Lechanteur. Sous les yeux de ses deux enfants, il lui avait porté au moins 7 coups de couteau, dont un qui avait pénétré le thorax pour endommager le poumon et l'aorte. Malgré cette série de coups de couteau, Jean-Marc Caron affirmait que le décès de la victime était accidentel. Il prétendait que la victime avait été poussée sur lui et qu'elle s'était empalée sur son couteau. Jean-Marc Caron affirmait qu'il n'avait pas souhaité tuer Jennifer Lechanteur et qu'il n'était pas responsable de son décès.

Le jury n'a pas retenu ses explications et l'a déclaré coupable de l'assassinat de Jennifer Lechanteur et d'un port illégal d'arme. Les jurés ont tenu compte de la nature des lésions constatées par les légistes, du nombre de coups portés et de la violence et de la précision de ces coups. Les jurés ont également souligné l'incohérence des explications de Jean-Marc Caron et de l'invraisemblance de sa version dans la motivation écrite de leur décision.

Après le verdict de culpabilité, l'avocat général Vincent Macq avait souligné qu'il n'existait pas de circonstance atténuante en faveur de l'accusé. Le ministère public avait requis une peine de 30 ans d'emprisonnement contre Jean-Marc Caron. La défense, Me Destexhe, avait plaidé pour une peine qui laisse un avenir à son client.

Finalement, la cour a condamné Jean-Marc Caron à une peine de 29 ans d'emprisonnement.