RALLYE

Rallye de Wallonie : Princen à la hauteur de son rang

Rallye de Wallonie : Princen à la hauteur de son rang

Princen a logiquement gagné, mais… Loix aussi qui s’envole au championnat

Quinze ans après une première victoire à Namur, Kris Princen a remis ça, dimanche, en remportant une édition dont il était le favori.

Favori de l’épreuve, leader samedi soir et finalement vainqueur: Kris Princen (Subaru) a remporté le rallye de Wallonie, mais ce fut loin d’être une balade pour le pilote de la Subaru WRC andennaise de First.

Samedi d’abord, le Trudonnaire a dû composer avec un Freddy Loix (Skoda S2000) et un Xavier Bouche (Citroën C4) accrocheurs et séparés par 4/10es de seconde seulement en fin de journée. Leader avec 21.2 sec. d’avance, Princen aurait pu bénéficier d’un écart plus conséquent s’il n’avait effectué un tout droit ici puis un tête à queue là. «C’est de mon côté que le bât a blessé. Je ne peux que m’en vouloir et me reconcentrer pour dimanche», concédait le Trudonnaire, tout heureux d’avoir vu les gouttes tant attendues par Loix (pour atténuer le handicap de puissance de sa S2000) tomber… une fois la journée finie.

Dimanche, sous un soleil retrouvé, Princen n’en était pas quitte d’émotions pour autant.

Dans la 2e ES du jour (Arbre), Princen était gêné par… un riverain circulant à basse vitesse («heureusement dans le même sens que moi sinon ni lui (surtout) ni moi (peut-être) n’aurions pu raconter cela», en sourira-t-il (à peine) après l’arrivée. Perturbé, Princen sortait de la route dans la foulée et perdait près de 2 minutes et le leadership provisoire, mais il était finalement crédité du même chrono que son rival Bouche et pouvait gérer une fin de course qui venait de perdre le spectaculaire De Cecco (sortie), leader de la coupe 208, par exemple et allait encore voir ensuite Melissa Debackere (casse moteur de sa Peugeot 207 S2000), Grooten (Xsara WRC, moteur), Stephan Hermann (Fiat Punto, 2e des tractions, moteur) ou le véloce Benoît Allart – 4 scratches! – (Skoda Fabia WRC, sortie dans Malonne) renoncer.

Au final, quinze ans après un premier succès local (en Renault Mégane, l’année de son titre national), Princen s’est imposé logiquement devant un «Xa» Bouche constamment aux aguets et un Loix déchaîné, qui a flirté durant tout le week-end avec les limites. «J’ai fait le maximum mais sur le sec, battre les WRC était impossible» dira le Limbourgeois, tout de même premier pilote d’une S2000 à signer un podium au Wallonie et qui fait une excellente opération au championnat, son dauphin (Kobus) ayant vite abandonné.