POLITIQUE

Bart De Wever : « Ces attaques sont un aveu de faiblesse »

Bart De Wever : « Ces attaques sont un aveu de faiblesse »

Le président de la N-VA semble faire le vide autour de lui. Belga

La N-VA s’est retrouvée, hier, à Bruges, dans les lieux mêmes où le CD&V avait tenu congrès la veille. Et, devant ses troupes, Bart De Wever, s’est abstenu de réagir aux critiques émises par les démocrates-chrétiens.

«Ces attaques sont surtout un aveu de faiblesse», a évacué le président de la N-VA. Et d’inviter ses militants à ne «pas s’abaisser au niveau de certains adversaires», mais à mener un combat politique «de valeur».

Cela n’a pas empêché les messages de fuser sur Twitter, où les participants au congrès de la N-VA ont fustigé l’Open VLD, mais aussi le «PS, qui est mort de peur, et le sp. a, qui est désespéré».

Pour le reste, c’est surtout sur l’enseignement que ce congrès était centré.

L’enseignement pour lequel Bart De Wever veut bien dépenser de l’argent, «mais pour des murs et pour des enseignants», et non pour une «nouvelle réforme de structures inutiles».

Il nous faut des réformes ciblées «pour s’attaquer aux points faibles de notre enseignement, sans mettre en péril ce qui fait sa force», a déclaré en écho Geert Bourgeois, vice-ministre-président du gouvernement flamand.

Où serait Kompany?

Pour la N-VA, la connaissance de la langue reste une priorité, mais l’accent doit surtout être mis sur les sciences et les techniques. Le parti nationaliste est également en faveur d’une autonomie accrue des établissements scolaires, et verrait d’un bon œil la création d’un examen d’entrée pour les études d’enseignant.

Mais chassez le communautaire, il revient au galop: la tête de liste N-VA à Bruxelles, Johan Van den Driessche s’en est pris à «ceux qui essaient de récupérer Vincent Kompany».

«Où serait-il sans la Communauté flamande qui continue à investir massivement à Bruxelles, et sans les flamingants qui n’abandonneront jamais Bruxelles?», a-t-il lancé, très applaudi.

On n’en affirmera pas pour autant que ceci rapprochera le capitaine des Diables rouges de la formation nationaliste…