Une suite de La Demoiselle d’Avignon a été publiée dans France Soir, l’été 72, dans la foulée du feuilleton télé. C’était une commande de Pierre Lazareff, directeur du quotidien.

Le livre, La Demoiselle d’Avignon est de retour, va plus loin que le couronnement de Koba, son mariage avec François, leur vie de Robinson sur une île déserte après un naufrage. L’histoire s’étoffe de petits-enfants, de deuils, de mésentente familiale…

C’est le succès du Château des Oliviers, 20 ans qui a incité Flammarion à demander aux époux Velle de continuer l’histoire de Koba et de François 40 ans après. «Ça nous a emballés. On a tout relu, tout revu pour retrouver le ton, l’esprit de l’histoire, cette musique qui est la nôtre. On a fait des tableaux avec les différents personnages. Quand on écrit un conte de fées, il faut être précis

Cette histoire romanesque n’aura pas de suite en télé. Trop onéreux et puis impossible d’imaginer Koba et François sous d’autres traits que ceux de Louis Velle et de Marthe Keller.