TOURNAI -

Des zones d’ombre après un enlèvement à Tournai

Des zones d’ombre après un enlèvement à Tournai

Selon le parquet, il y a des zones d’ombre dans les explications de la jeune fille. EdA

Une adolescente qui déclare avoir été victime d’un enlèvement et d’une tentative de viol, jeudi à Tournai, a été entendue à plusieurs reprises par les forces de l’ordre. «Il y a des zones d’ombre dans ses déclarations », a indiqué vendredi le parquet de Tournai.

+ LIRE AUSSI| « Elle était blessée et en état de choc »

Domiciliée dans le Tournaisis, âgée de 15 ans, l’adolescente a été entendue et filmée vendredi à deux reprises par les enquêteurs du Service local de recherches (SLR) de la zone de police du Tournaisis. La jeune fille étant mineure d’âge, ces interrogatoires ont été menés avec l’accord de sa maman.

«Dans ce dossier, le conditionnel est toujours de mise. Il y a des zones d’ombre dans ses explications. En ce qui concerne le véhicule dans lequel elle aurait été enlevée, elle parle à présent d’une camionnette blanche, non immatriculée », a expliqué le substitut du procureur du roi à Tournai, Frédéric Bariseau. «Il est surprenant qu’un tel véhicule, démuni d’une plaque d’immatriculation, n’ait pas pas éveillé l’attention des riverains. »

«Des vérifications sont actuellement en cours à la suite de ses déclarations. Concernant son emploi du temps et son absence à l’école à ce moment de la journée, elle explique qu’elle était venue en aide à une amie qui l’avait appelée », a-t-il précisé.

Scolarisée à l’école des Ursulines à Tournai, l’adolescente est interne dans un établissement spécialisé de Pecq, près de Tournai. Jeudi matin, la jeune fille s’est rendue à Tournai mais n’est pas allée aux cours.

Selon ses premières déclarations, elle aurait été agressée vers 9h du matin dans un parc proche de l’avenue des Bouleaux à Tournai. Après lui avoir placé une cagoule sur la tête, ses trois agresseurs l’auraient emmenée de force dans une camionnette ou elle aurait subi une tentative de viol. S’étant débattue, la victime aurait ensuite été libérée par ses agresseurs.