La cimenterie d’Obourg à l’arrêt

Holcim souhaite entamer au plus vite les discussions avec les représentantsdu personnel. Belga

Les travailleursde l’usine cimentière Holcim à Obourg (Mons) entamerontce vendredi matin un mouvement de grève.

Les travailleurs de Holcim restent très surpris par l’annonce faite par la direction mercredi de supprimer 48 emplois. L’usine d’Obourg sera à l’arrêt ce vendredi dès 5 heures du matin, après l’annonce mercredi par la direction de supprimer 48 emplois; soit 22 employés et 26 ouvriers. «Le personnel est sous le choc et ne comprend pas l’intention de la direction», a indiqué Paul Delaive de la CSC. «On nous annonce une volonté d’augmenter la rentabilité suite notamment à la baisse du prix du ciment alors que nous pouvons à peine assurer les 1,1 million de tonnes par an avec le personnel actuel. Qu’en sera-t-il si on se prive d’un quart du personnel? Nous attendons les prochaines réunions d’information dans le cadre de la loi Renault pour poser toutes les questions à la direction dans le but de limiter au maximum l’impact social. Même les deux fours seront coupés, ce qui est assez unique et dénote la détermination des travailleurs», a encore ajouté M. Delaive.

Sur son site internet, Holcim explique vouloir retrouver la rentabilité et de favoriser l’obtention d’importants investissements. « Si la consommation belge de ciment demeure relativement stable, la zone de chalandise de Holcim Belgique (nord de la France, Belgique, sud des Pays-Bas et ouest de l’Allemagne) est affectée par une chute importante de la consommation de ciment.

Cette situation génère deux effets: elle limite les possibilités d’exportation de Holcim dans ces pays et elle pousse les producteurs étrangers à écouler leurs produits sur les marchés stables, comme la Belgique, avec des coûts du travail, environnementaux ou énergétiques souvent plus faibles. Cette situation engendre une pression accrue sur les prix qui les tire vers le bas. Face à cette forte concurrence dans un marché tendu, le chiffre d’affaires de l’entreprise s’est contracté et ses parts de marché se sont réduites», peut-on lire sur le site du leader mondial dans la production de ciments et de granulats, ainsi que dans les activités du béton prêt à l’emploi, l’asphalte et les services associés.