MUSIQUE -

Tomorrowland : « Choisir entre les intérêts de 7 riverains et des millions d’euros de dommages »

Tomorrowland : « Choisir entre les intérêts de 7 riverains et des millions d’euros de dommages »

Pour le 10e anniversaire du festival de musique dance, ses organisateurs ont prévu d’étaler l’événement sur 2 week-ends. Belga

La plainte de 7 riverains contre le festival Tomorrowland a été examinée ce jeudi en référé par la justice anversoise.

Les plaignants ne demandent pas l’interdiction du festival mais veulent que les normes antibruit soient respectées. «Ce qui signifie que la musique ne pourra être diffusée que 3 heures au maximum par jour quand elle dépasse les 85 décibels et qu’elle devra être coupée à minuit», a expliqué l’avocate des riverains, Griet Cnudde.

Pour le 10e anniversaire du festival de musique dance, ses organisateurs ont prévu d’étaler l’événement sur 2 week-ends, accueillant au total quelque 360.000 festivaliers. Pour les plaignants, c’est la goutte qui a fait déborder le vase.

Mais si leur demande relative au respect des normes antibruit est acceptée, il sera impossible d’organiser le festival, ce qui aura de lourdes conséquences financières, a plaidé l’organisateur ID&T qui a reçu le soutien de 33 entreprises belges et étrangères ayant un intérêt financier dans l’organisation de l’événement.

«En tant que juge, vous devez peser l’intérêt de 7 riverains qui auront le sommeil perturbé pendant 2 fois 3 jours et les millions d’euros de dommages financiers qu’entraînerait l’annulation du festival», a résumé Olivier Verhulst au nom des entreprises parties prenantes.