MONDE -

L’Ukraine lance un assaut contre les séparatistes, Poutine menace de conséquences

L’Ukraine lance un assaut contre les séparatistes, Poutine menace de conséquences

- AFP

L’Ukraine a lancé jeudi un assaut meurtrier contre les séparatistes à Slaviansk, bastion des insurgés pro-russes dans l’Est, aussitôt dénoncé par Vladimir Poutine comme «un crime» qui aura des conséquences.

Les affrontements entre les troupes ukrainiennes et les séparatistes à Slaviansk «ont fait jusqu’à cinq morts» dans les rangs des insurgés et un soldat ukrainien a été blessé, a annoncé le ministère ukrainien de l’Intérieur en ajoutant que trois barrages séparatistes à l’entrée de la ville ont également été «détruits».

«Si le régime actuel à Kiev a vraiment commencé à utiliser l’armée contre la population dans le pays, c’est un crime très grave contre son propre peuple», a lancé le président russe Vladimir Poutine.

Il a averti que cette opération aurait «des conséquences pour les gens qui prennent ces décisions» alors que le leader des séparatistes de Slaviansk Viatcheslav Ponomarev lui a demandé dimanche d’envoyer les troupes russes.

Sur le terrain, des journalistes de l’AFP ont entendu dans la matinée des échanges de tirs à un barrage des insurgés à une entrée nord de Slaviansk puis vu plusieurs blindés, dont l’un arborant le drapeau ukrainien, passer le poste de contrôle, enflammé par les pro-russes.

Les blindés ont cependant battu en retraite et n’étaient plus visibles sur ce barrage en début d’après-midi.

Le leader séparatiste local de la ville de plus de 100.000 habitants, Viatcheslav Ponomarev, a ordonné aux civils de quitter la mairie.

«Les écoles ont été fermées dans les localités voisines de Slaviansk», ont indiqué les autorités régionales, qui ont, elles, fait état d’un bilan d’un mort.

Slaviansk est depuis plusieurs jours entièrement contrôlée par les insurgés pro-russes. Des hommes armés de fusil d’assaut, en treillis sans insigne et cagoulés y occupent plusieurs bâtiments publics.

Kiev a également annoncé la libération de la mairie de Marioupol, un port de près de 500.000 habitants dans le Sud-Est après une bagarre qui a fait cinq blessés. Plus au nord, un soldat a été blessé lors d’un assaut des séparatistes contre une base militaire à Artemivsk.