BERNISSART -

Quatre ans de prison avec sursis pour un Bernissartois qui a violé ses deux petites-filles

Quatre ans de prison avec sursis pour un Bernissartois qui a violé ses deux petites-filles

Le condamné s’était défendu en assurant être la victime d’une kabbale. Belga

Le tribunal correctionnel de Tournai a condamné, ce jeudi, un Bernissartois âgé de 66 ans à quatre ans de prison avec sursis simple de cinq ans pour des préventions de viol et d’attentat à la pudeur commis sur ses petites-filles au début des années 2000.

Les gamines étaient alors âgées de moins de dix ans. Il est aussi condamné à verser 10 000 euros à chacune des victimes à titre de dommage moral et un euro provisionnel à titre de dommage matériel.

C’est lors d’une fête familiale en avril 2012 que l’une des victimes a dévoilé les faits. Elle prétendait que son grand-père avait abusé d’elle et de sa cousine au début des années 2000 alors qu’elles n’étaient que des gamines. La cousine avait confirmé ses dires. Outre des masturbations imposées sous la contrainte, les deux jeunes filles prétendaient avoir subi des pénétrations vaginales avec les doigts ou le sexe.

Le prévenu, quant à lui, prétendait être victime d’une kabbale menée par les pères des deux victimes qui, dit-il, n’en voulait qu’à son argent. Le tribunal a estimé cette version peu crédible compte tenu du fait que le condamné ne touche qu’une maigre pension. De plus, le tribunal a constaté que les versions des victimes étaient concordantes et détaillées alors que le condamné se contredisait souvent.

Enfin, si le condamné prétend être impuissant depuis la fin des années 90, le tribunal rappelle que l’impuissance n’empêche pas un viol technique.