article abonné offert

IL Y A CENT ANS DANS LE COURRIER DE L’ESCAUT

Détournements à l’hôtel-de-ville de Tournai

Tout concourt à faire croire que l’ «Entente cordiale» ne semble pas devoir se transformer en accord plus précis, mais George V et le président de la République française se sont rencontrés dans l’affirmation de cette pensée que l’entente de la France avec l’Angleterre combinée avec l’alliance franco-russe est la garantie de cet état d’équilibre qui assure la paix européenne. C’est ce qui est le plus intéressant pour nous.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 35 des 169 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?