JUDO - Championnats d’Europe

Dirk Van Tichelt n’est pas seul sur son île

Dirk Van Tichelt n’est pas seul sur son île

Dirk Van Tichelt n’est pas le seul judoka belge à viser une médaille à l’Euro de Montpellier. Belga

Sept Belges seront présents à Montpellier pour l’Euro de judo. Avec plusieurs espoirs de médailles dans la tête.

Une ombre planera sur la délégation belge présente à l’Euro de Montpellier, qui débute ce jeudi pour se finir dimanche par la compétition par équipes. Celle de Charline Van Snick, suspendue pour l’instant, et qui aurait constitué une chance de médaille. «Avec elle, c’était presque acquis que l’on avait une médaille», explique Cédric Taymans, directeur technique francophone. «Mais l’équipe actuelle est solide et soudée.»

Ils seront sept à combattre dans l’Hérault. Avec des ambitions diverses. Objectif minimum: faire aussi bien que l’an dernier à Budapest avec deux médailles.

À 29 ans, Dirk Van Tichelt est sans conteste le leader de cette délégation. Le médaillé de bronze des Mondiaux 2013 a traversé une période difficile avant d’arriver ici. «Je me suis blessé à la cheville en janvier et, quand je suis revenu après deux mois, je me suis fait mal à la nuque.»

Deuxième mondial dans sa catégorie (-73 kg), Van Tichelt vise quand même une médaille. «Si je suis venu ici, c’est pour gagner quelque chose et conduire l’équipe belge.» Il en est devenu le leader. Au total, ils seront sept à monter sur le tatami. «Les autres me regardent et me demandent des conseils, dit Van Tichelt. Cela me fait plaisir et me donne une certaine responsabilité.»

Bottieau vise la 3e place, minimum

Pour Jasper Lefevere et Kenneth Van Gansbeke qui entrent en lice aujourd’hui en -66kg, Van Tichelt aura un rôle de guide. Par rapport à d’autres, il servira surtout d’exemple. «Sa rage de vaincre correspond à la mienne», explique Toma Nikiforov, qui entame sa compétition samedi en -100kg.

L’an dernier à Budapest, le poids lourd bruxellois s’était luxé l’épaule mais, cette année, il entend aller le plus haut possible. «J’ai beau être nouveau parmi les seniors, rien ne me fait peur, assure-t-il. Il y a de solides rivaux mais je n’ai peur de personne. Je me battrai pour aller jusqu’au bout.»

Avant cela, Joachim Bottieau tentera vendredi de monter une troisième fois sur le podium européen. «À deux reprises, j’ai décroché la médaille de bronze. Honnêtement, j’espère faire mieux cette fois-ci car les places d’honneur, ça suffit. Le minimum autorisé est une troisième place sur le podium. Sans quoi, je serai très mécontent. Je suis persuadé que je peux faire mieux qu’une médaille de bronze. Mon but est d’être champion d’Europe.»

Avec Van Tichelt, Bottieau et Nikiforov, la Belgique présente une délégation solide capable d’attirer les plus jeunes dans son sillage. «Je sais que je ne fais pas partie des favoris, lance Sami Chouchi, qui combattra en -63 kg. J’étudie à l’unif, ce qui n’est pas l’idéal mais je m’accroche. Je n’ai pas l’intention de me laisser faire. J’ai un judo agressif et offensif. Je n’attendrai pas que l’adversaire vienne me chercher dans mon coin. Avec Dirk Van Tichelt (NDLR: ils sont dans la même catégorie), j’apprends beaucoup mais je me sens prêt à en découdre avec les plus forts.»

Même sans Van Snick, les Belges entendent vendre chèrement leur peau et ne pas rentrer bredouilles.