FRANCE

Le mystérieux sérial colleur de Grimouville

Pendant 4 ans, un inconnu a collé des numéros dans un village normand. Deux étudiants en journalisme ont mené l’enquête… plébiscitée par la critique.

Grimouville, c’est un petit village de la commune de Regnéville-sur-Mer, en Normandie. Une poignée d’âmes, quelques maisons de vacances et une église romane entourée d’un cimetière. Mais ces 4 dernières années, ce petit patelin a connu un intérêt croissant de la part des médias de l’Hexagone. En cause? Des numéros collés toutes les semaines, dans la nuit de vendredi à samedi, sur le mur du cimetière, par un inconnu. Un numéro qui augmente chaque semaine. Le sujet interpelle jusqu’aux rédactions parisiennes.

Cette histoire, Romain Jeanticou et Charles-Henry Groult, deux étudiants en journalisme vont y consacrer un travail d’étude, fin 2012. «Tous nos sujets tombaient à l’eau. Charles-Henry, qui avait de la famille à Grimouville me dit alors: “ j’ai une idée mais tu vas peut-être rire ”. Son idée de reportage sur ce mystérieux colleur d’affiches était excellente. J’ai tout de suite pensé qu’on devait en faire un reportage vidéo.»

Un reportage vidéo qui sera rapidement décliné en webdoc, ce format de documentaire interactif pour internet. Avec «Le Mystère de Grimouville», Romain et Charles-Henry entraînent le visiteur à travers les rues du petit village à la rencontre de différents témoins. L’ambiance est celle d’un polar, digne d’un Fred Vargas ou d’un inspecteur Barnaby.

Mis en ligne début avril, ce webdoc qui avait déjà bénéficié d’un petit buzz pendant sa création est particulièrement bien accueilli par la critique. Et ce n’est probablement qu’un début.

« Deux mercenaires ont mis à mort la liberté d’expression »

En partant sur les traces du mystérieux sérial colleur, les deux étudiants n’imaginaient pas qu’ils s’attireraient ses foudres. « Il nous a contactés via une lettre anonyme tapée à la machine pour savoir ce qu’on voulait. » Dès le départ, pourtant, l’intérêt n’est pas de démasquer le colleur. « On voulait conserver ce côté mystérieux et montrer ce que ces affiches provoquent dans le village. »

Il en faut plus pour convaincre le colleur puisque dès que les deux étudiants ont lancé une collecte de fonds sur le web pour soutenir leur projet, le colleur s’est arrêté. « A la place, il a placardé une affiche indiquant "Deux mercenaires ont mis à mort la liberté d’expression ”. Lorsque le webdoc a été mis en ligne, j’avais fait passer une lettre pour qu’il sache qu’on ne dévoilerait pas son identité mais il ne m’a jamais répondu. »

Mais depuis la fin des affiches numérotées,  des ronds sont découpés ou collés sur des affiches placardées dans les villages autour de Grimouville. Romain et Charles-Henry ont leur petite idée sur l’auteur...

Cliquez sur l'image ci-dessous pour vous plonger dans le mystère de Grimouville.