Le sexisme et le harcèlement de rue légalement réprimés

Sénat Joëlle Milquet, vice-Première ministre, ministre de l’Intérieur et de l’Égalité des chances, s’était engagée à faire adopter une loi réprimant le sexisme et le harcèlement de rue.

C’est chose faite. Après le vote en séance plénière de la Chambre le 3 avril dernier, le projet de loi a été adopté, ce 23 avril, en Commission Justice au Sénat. Il sera soumis ce jeudi 24 en séance plénière au Sénat.

Pour la première fois, une loi définit légalement le concept de sexisme. Désormais, est visée, de manière spécifique, la répression du sexisme que l’on peut définir de la manière suivante: «tout geste ou comportement, qui a manifestement pour objet d’exprimer un mépris à l’égard d’une personne, en raison de son appartenance sexuelle, ou de la considérer comme inférieure ou de la réduire essentiellement à sa dimension sexuelle, ce qui porte une atteinte grave à sa dignité».