Triple meurtre à Visé: "Alors, tu me reconnais ?"

Triple meurtre à Visé: "Alors, tu me reconnais ?"

Esteban, Carol et Benoît ont été abattus de sang-froid devant la maison du couple, vendredi vers 23 heures. Belga

Carol Haid, l'une des victimes du triple meurtre de Visé, aurait donné d’importants renseignements aux enquêteurs avant de décéder à l’hôpital.

Peu d'informations filtrent au sujet de l'enquête sur le triple meurtre survenu à Visé vendredi soir. Si on sait que la piste du litige financier est privilégiée, peu d'éléments concrets sont aux mains des enquêteurs. Du moins c'est ce que l'on pensait. Pourtant Sudpresse révèle ce matin que Carol Haid, l'épouse de Benoît Philippens, aurait révélé des éléments très importants juste avant de mourir. 

Le quotidien affirme que le tireur aurait dit à Benoît Philippens juste avant de tirer: "Alors, tu me reconnais maintenant ? Tu te souviens de qui je suis ?"  Si elle n'a pas pu identifier son agresseur, ces détails seraient tout de même importants pour l'enquête. Elle aurait affirmé que son mari a reconnu son agresseur.

Si ces déclarations sont exactes, les enquêteurs pourraient d'ores et déjà supprimer la thèse d'un tueur à gages. 

Dimanche, une amie de Benoît Philippens révélait qu'il avait eu une altercation avec un client. Il avait alors dû le mettre à la porte." Il y a 6 mois, il m'a expliqué qu'il avait eu une grosse altercation avec un client étranger qui se croyait tout permis. Il l'a mis à la portedevant tout le monde et ce dernier a proféré des menaces. Je ne dis pas que c'est lui bien sûr, mais c'est pour vous dire que le métier de banquiers n'est pas toujours facile."

Que s’est-il réellement passé ?

Les faits

Vendredi 18 avril, vers 23 h, une fusillade éclate au numéro 41 de la rue de Berneau à Visé. Benoît Philippens (37ans), gérant de la banque BNP Paribas Fortis à Ans-Saint-Nicolas, est abattu de deux balles. Esteban Counet (9ans), est aussi tué sur le coup par une balle. Sa marraine, Carol Haid (37ans), épouse de Benoît Philippens, est touchée par trois balles et décède quelques heures plus tard des suites de ses blessures.

 

Le modus operandi

Une voiture est stationnée devant la maison. Des coups de feu sont ensuite tirés, avec un pistolet automatique par probablement un homme seul qui attend dans l’allée. L’auteur des coups de feu se serait dirigé à pied en direction des victimes, avec ce pistolet automatique 9 mm. Il a fait feu à seulement trois ou quatre mètres de celles-ci.

Les premiers constats

Au total, sept impacts de balles sont relevés sur les corps. Benoît Philippens a été atteint d’une balle dans la tête et d’une autre dans le ventre, alors que son épouse, Carol Haid, a été touchée de trois balles dans le dos, apprend-on de source judiciaire. L’enfant a, pour sa part, été atteint d’une balle. Quatre douilles ont été retrouvées sur place par les enquêteurs. Une autre balle a été retrouvée dans une vitre du hall omnisports, situé en face de l’habitation.