Vous savez qu’il y aura trois bulletins

heymans

7 000 personnes ont participé à notre sondage sur lavenir.net. Avec une première question qui portait sur le spectre des élections du 25 mai. Rassurant, une grande majorité de nos internautes savent qu’ils auront trois bulletins de vote: Europe, État fédéral et Régions.

«Ce sondage est intéressant car il montre qu’une grande majorité de personnes connaissent les niveaux de pouvoir pour lesquels ils devront voter», analyse Pierre Baudewyns, le politologue de l’UCL qui a accompagné notre démarche.

Et en effet, plus de 82% des personnes qui ont participé au test identifient correctement les trois niveaux concernés par les élections du 25 mai.

Plus près de nous, nos internautes connaissaient à une large majorité (66,72%) les partis formant la coalition sortante à la Région wallonne (PS-CdH-Ecolo).

Cela se corse un peu lorsque cette connaissance est sollicitée pour des éléments un peu plus pointus. Ainsi, le score des bonnes réponses chute avec la question du vote pour les sénateurs. Pour la première fois, ces futurs sénateurs ne seront plus des élus directs. C’était déjà le cas pour une partie d’entre eux. Le 25 mai, il n’y aura donc pas de bulletin de vote pour la future assemblée du Sénat.

Parlons-en, justement de ces assemblées. Avec cette question difficile: combien d’assemblées parlementaires compte le système institutionnel belge. «Les scores sur cette réponse indiquent bien que les gens ne connaissent que les assemblées les plus visibles», explique Pierre Baudewyns. Car en Belgique, il existe pas moins de neuf assemblées.

Matières transférées

Le paysage institutionnel belge va évoluer dans les mois qui suivront les élections. Avec notamment une série de matières qui seront désormais administrées par les entités fédérées. C’est le cas, et une majorité de nos internautes le savaient, du code de la route . Avec une nuance , cette matière est régionalisée à l’exception des autoroutes qui restent sous la compétence de l’État fédéral.

67,11% des personnes sondées savaient aussi que les allocations familiales seraient gérées par les Régions. En réalité, les «allocs» ont été transférées aux Communautés mais pour la partie francophone, la gestion de cette matière a été confiée à la Région.

Moins bons chez les étudiants

Ce sondage a permis d’observer que les jeunes obtiennent des scores moins bons que leurs aînés. «C’est un peu normal car lorsqu’on est étudiant, on ne voit d’abord dans les élections que leur côté obligatoire. La connaissance de la politique n’arrive généralement qu’avec l’arrivée sur le marché du travail», explique Pierre Baudewyns.